• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Vivre sur une péniche sur la Marne : “nous ne sommes pas des marginaux”

Carol Fouché vit avec sa famille depuis près de 40 ans sur sa péniche situé à l'embouchure de la Marne. / © Marc Taubert - France 3 Paris - Île-de-France
Carol Fouché vit avec sa famille depuis près de 40 ans sur sa péniche situé à l'embouchure de la Marne. / © Marc Taubert - France 3 Paris - Île-de-France

Depuis près de 40 ans, Carol Fouché vit avec sa famille sur une péniche stationnée sur la Marne. Et selon lui, les inconvénients sont faibles au regard des avantages. Rencontre.

Par Marc Taubert

Vivre sur un bateau en ville, c'est le choix (curieux pour certains) qu'a fait Carol Fouché il y a près de 40 ans. Mais au début, il pensait juste vivre une aventure de quelques années : "On l'a acheté avec ma femme lorsque l'on était jeune. On pensait la garder deux ans, que c'était une fantaisie. Et finalement, c'est une bonne expérience !"

Sa péniche fait 40 mètres de long et 5 mètres de large. La surface habitable est d'environ 185 m².
 

Chauffage, électricité, internet : comme dans une maison ?

Pour le chauffage, la péniche de M. Fouché est dotée d'un chauffage central au fuel mais il pense le changer. "On l'avait fait parce que le bateau est livré avec de gros réservoirs de fuel, c'était donc très pratique", explique-t-il. D'autres alternatives existent comme le poêle à bois.

La péniche est par ailleurs reliée à l'électricité et à internet par un câble. Mais tout peut être détaché pour que le bateau puisse se déplacer. "On paie une sorte de location portuaire. Le port aménage, ils ont tout ramené. Rien ne nous manque", précise-t-il.
 

Vivre avec l'humidité ?

Une question qui revient souvent est la suivante : est-ce humide ? À cela, M. Fouché répond que non : "ça l'est presque moins que dans les maisons sur les bords de la rivière. Comme on est trempé dans l'eau, on est dans une sorte de gigantesque bain-marie. Les variations de températures sont beaucoup moins importantes que sur la berge et l'eau ne condense pas."

Que faire en cas d'humidité ? "Là où cela devient humide, c'est à l'intersaison lorsque l'on ne chauffe plus. On s'en tire alors en faisant une flambée dans la cheminée en rentrant le soir et cela part instantanément."
 

Comment gérer les inondations ?

Autre crainte souvent évoquée : comment vivre sur un bateau lors d'inondations ? M. Fouché dédramatise : "C'est plutôt rigolo, même s'il ne faut pas que cela arrive chaque année."

Et de poursuivre : "le bateau flotte. On a de très hauts poteaux sur lesquels on est amarré qui sont calculés pour aller jusqu'à la crue de 1910. Lorsque les quais sont submergés, dans un premier temps, on passe par des planches et des parpaings et quand il n'y en a plus, on utilise une barque que l'on attache à une double corde et on se tire."
 

Est-ce sécurisé d'élever des enfants sur une péniche ?

Pour prévenir les chutes, Carol Fouché a installé une rambarde autour de son bateau et comblé avec un filet de pêche. "Et puis, on venait de Paris donc les enfants vous ne les envoyez pas jouer sur le trottoir, ils sont enfermés et vous sortez avec eux. On a fait pareil, la porte était fermée à clef et on les emmenait jouer sur le quai. Ils étaient toujours accompagnés. Un moment, ils ont atteint un âge où ils étaient suffisamment grands pour bien nager, faire du bateau ou autre chose."

► La Marne traverse le Val-de-Marne, un petit département francilien mais très peuplé.

A lire aussi

Sur le même sujet

On a marché sur la lune

Les + Lus