Disparition inquiétante de Ling-Diane : inquiets, famille, proches, et bénévoles se mobilisent pour la retrouver

Ling-Diane, 25 ans, est portée disparue depuis le mardi 16 janvier. Sa famille est inquiète, d'autant que cette étudiante en médecine a quitté sans explication le domicile familial de Houilles, dans les Yvelines. L'entourage de cette jeune femme se démène pour la retrouver.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Où est passée Ling-Diane Zhang ? C'est la question que se posent son père et sa grande sœur, depuis le 16 janvier dernier. La jeune femme de 25 ans a disparu ce jour-là, sans donner d'explication. Elle a quitté le domicile de sa famille, où elle vivait, à Houilles (Yvelines).

Depuis, pas de nouvelle. La jeune étudiante en médecine s'est cassé la jambe récemment, et a connu des épisodes ponctuels de dépression.

Des recherches ont été organisées depuis, se poursuivent jusqu'à aujourd'hui encore notamment en forêt de Fontainebleau en Seine-et-Marne.

Disparition soudaine et sans motif

"Le 15 janvier dernier, des collègues de Ling-Diane l'ont vue pleurer, à l'hôpital Georges-Pompidou, où elle faisait son stage. Ils ont déjeuné ensemble, mais elle n'arrêtait pas de pleurer. Elle est ensuite restée toute seule. Après manger, cela a continué. Son responsable lui a dit de rentrer, si elle ne se sentait pas bien", relate le père de la jeune femme.

Ling-Diane regagne alors le domicile familial, à Houilles (Yvelines). Ses parents constatent aussi son état de tristesse. "Elle est montée dans sa chambre, et on ne l'a plus revue jusqu'à son réveil, le lendemain à 8h30. Elle n'a pas pris son petit-déjeuner, et on s'est rendu compte par la suite qu'elle avait laissé sa carte d'identité, son permis, sa carte étudiante et ses bijoux dans son armoire", s'inquiète le père de famille.

Le père tente de joindre sa fille par téléphone : sans réponse. La mère envoie des SMS, à son tour, lui demandant où elle est partie. Unique réponse de Ling-Diane : "À l'école, pour réviser." Elle insiste, et veut savoir si elle s'est alimentée. Lui demande une preuve en photo. En réponse, une vidéo, où elle mange un sandwich. "La vidéo a été prise, on l'a su plus tard en regardant les relevés bancaires, au restaurant Subway de Fontainebleau", précise sa grande sœur de 26 ans.

Des changements de comportement inquiétants

C'est là que la trace de cette étudiante en médecine se perd. Des éléments sont de nature à inquiéter l'entourage : "Elle avait connu une période de dépression, à la suite de la mort de son grand-père avec qui elle s'entendait très bien, en juin 2022. Elle était sous antidépresseurs et sous médicaments. Depuis cela, on a vu son comportement changer. Elle se culpabilisait, en tant qu'étudiante en médecine, car elle disait qu'elle aurait pu faire quelque chose. Elle mangeait mal et n'en dormait plus", se souvient-elle. Ling-Diane avait toutefois pu réussir ses examens pour passer en 5e année de médecine, peu après.

Autre élément qui les alarme, la jeune femme s'est précédemment blessée et ne peut pas marcher longtemps : "Elle avait la jambe cassée, ce qui l'avait immobilisée 3 mois au lit. Cela, alors qu'elle est, cette année, dans la 6e année de son cursus en médecine", précise son père. "Quand on sortait elle et moi à Paris, elle se fatiguait très vite et voulait s'asseoir", complète la grande sœur.

La famille et des amis s'organisent : "plusieurs battues, (notamment en forêt de Fontainebleau, Ndlr), ont eu lieu depuis samedi, avec ses camarades de promotion, de lycée et de collège, mais aussi de la famille et des proches", selon la grande sœur de Ling-Diane.

Ce mardi 22 janvier, une nouvelle session de recherche doit avoir lieu. Côté justice, le parquet de Versailles (Yvelines) a été saisi. Sa procureure Maryvonne Caillibotte, confirme l'ouverture d'une "enquête pour disparition inquiétante". Elle n'envisage pour l'heure aucune piste.