Émeutes après la mort de Nahel : jusqu'à deux ans ferme pour quatre jeunes après l’attaque du commissariat d'Elancourt

Quatre jeunes hommes ont été condamnés à des peines allant jusqu’à deux ans de prison ferme suite à l’attaque d’un commissariat dans les Yvelines fin juin, après la mort de Nahel à Nanterre. L'un des prévenus va faire appel.

Âgés d'une vingtaine d'années, quatre hommes ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Versailles à des peines allant de un à deux ans de prison ferme pour leur participation à l'attaque du commissariat d'Elancourt fin juin. Des faits survenus après la mort à Nanterre le 27 juin de Nahel, 17 ans, tué à bout portant par un policier lors d'un contrôle routier. Des émeutes ciblant notamment des bâtiments publics avaient alors touché de nombreuses villes à travers le pays et en Île-de-France. 

A Elancourt, avec un véhicule de police brûlé, des dommages au commissariat, à des arrêts de bus et à des commerces, les dégâts causés représentent plus de 100 000 euros, a rappelé la présidente du tribunal. Selon la procureure, la mort de Nahel "n'a été qu'un prétexte pour un déchaînement de haine sans précédent".

"Je trouve ça aberrant", a affirmé de son côté Me Chloé Rueff, l'avocate de deux des prévenus, qui a assuré à l'AFP après la décision du tribunal qu'elle allait faire appel pour l'un de ses clients, placé sous mandat de dépôt. "Il y a des événements qui se sont produits le soir des faits que l'on ne peut pas leur attribuer mais qu'on a voulu punir", argue-t-elle.

Un seul prévenu relaxé

A Elancourt, un groupe d'une trentaine de personnes aux visages masqués ont attaqué un véhicule de la police municipale, l'aspergeant d'un liquide inflammable qui a pris feu au contact d'une étincelle de mortier d'artifice. Le groupe a ensuite tiré avec ces mortiers sur le commissariat d'Elancourt, menaçant et insultant les deux policiers qui se trouvaient à l'intérieur.

A l'arrivée de renforts, le groupe s'est dispersé mais a envoyé à quelques mètres des policiers un cocktail Molotov qui n'a pas pris feu. "On a vraiment eu peur pour nos vies ce soir-là. Il y avait des petites bouteilles remplies d'essence qu'ils allumaient de loin, avec des mortiers en plus, on aurait pu se transformer en torches humaines", a témoigné un des agents présents ce soir-là.

Les cinq prévenus reconnaissaient tous leur présence sur place au moment de certains des faits mais niaient avoir participé à la préparation des bouteilles d'essence ou aux tirs de feux d'artifice. Un seul d'entre eux a été relaxé, le parquet estimant qu'il était le seul dont la participation active n'était pas prouvée.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Paris Ile-de-France
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité