Saint-Arnoult-en-Yvelines, la commune derrière le célèbre péage

Le péage de Saint-Arnoult est l'un des plus grands d'Europe. / © MAXPPP
Le péage de Saint-Arnoult est l'un des plus grands d'Europe. / © MAXPPP

Quand Bison Futé voit rouge, les commerçants de Saint-Arnoult-en-Yveline se frottent les mains. La petite ville de 6 000 habitants vit au rythme de son péage et des vacanciers qui le traversent.

Par France 3 Paris Île-de-France / ML

La commune de Saint-Arnoult-en-Yvelines abrite sur son territoire les tombes de Louis Aragon et de sa compagne Elsa Triolet, une égile romane du XIIeme siècle et surtout, l'un des plus grands péages autoroutiers d'Europe. Parmi les 125 000 automobilistes qui l'empruntent chaque jour en période estivale, beaucoup n'auront pas l'idée d'aller s'aventurer dans la petite ville de 6 000 habitants. Pour les autres, Saint-Arnoult est une halte bienvenue sur le chemin des vacances.

Le trafic double les jours de départs en vacances


"Pratique", "un endroit où on se relaxe"... Se situer à une place de choix sur la route du soleil (en l'occurence l'A10) permet à la commune de capter les véhicules pris dans les fréquents bouchons pour leur offrir un instant de répit. Les jours de forte affluence, comme ce week-end de chassé croisé annoncé rouge samedi par Bison Futé, la circulation devient dense. "On peut doubler la capacité quand il y a des départs en vacances", soutient Jean-Claude Husson, maire de Saint-Arnoult-en-Yvelines.

► VIDEO. Reportage de Mélissa Genevoix et Louise Simondet
Saint-Arnoult, la ville derrière le péage

Evidemment, les commerçants sont les premiers à en profiter. Les restaurateurs, surtout. Pour la pause déjeuner, les vacanciers viennent se mêler aux habitués de la D988 qui traverse la ville de part en part. "Si c'est complètement bloqué, les gens ne cherchent qu'une chose, c'est à sortir et on est à 3km d'eux, soutient Didier Pottier, qui tient un restaurant sur la commune. Ils le voient sur l'autoroute et ils arrivent chez nous."

Journée chargée sur les routes n'est donc pas synonyme de galère pour tout le monde. "Plus il y a de trafic, plus il y a des chances que ça nous rapporte de la clientèle", résume-t-il, affairé derrière ses fourneaux.

Sur le même sujet

Dans l'arrière-cour du Goncourt des lycéens

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne