Trésor du gang des "postiches" : Michel Fourniret n'est «ni curable, ni réadaptable», déclare un expert

Le tueur en série Michel Fourniret et sa complice, Monique Olivier, sont jugés pour l'assassinat d'une femme en 1988. Cette première journée devant la cour d'assises des Yvelines est consacrée à la personnalité des accusés. Suivez le live tweet de L. Barbry qui suit le procès pour la rédaction.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Le procès du tueur en série Michel Fourniret, s'est ouvert ce mardi devant la cour d'assises des Yvelines. Michel Fourniret comparaît aux côtés de son ex-femme Monique Olivier. Ils sont jugés pour l'assassinat de la femme d'un ex-codétenu en 1988, Farida Hammiche, afin de voler le trésor du "gang des postiches".

► Ce mardi 13 novembre, Michel Fourniret passe à nouveau devant un tribunal mais, pour une affaire à part dans son parcours de tueur en série. A Versailles, il sera question du magot du "gang des postiches"sur lequel Michel Fourniret est accusé d'avoir mis la main. Entretien de Laurence Barbry avec Patricia Tourancheau, journaliste spécialiste de l'affaire Fourniret et du “gang des Postiches”qui a révélé l'origine de la fortune de Michel Fourniret.
 


Ce mardi au tribunal de Versailles, l'"ogre des Ardennes", 76 ans, la voix éraillée, barbe et cheveux blancs, visage émacié, a commencé par décliner son identité et sa profession, "artisan", avant son incarcération en 2003 pour le meurtre de sept jeunes filles. Il s'est également dit prêt à répondre aux questions qui lui seront posées.

Michel Fourniret n'est «ni curable, ni réadaptable»

Le procès, qui doit durer jusqu'à vendredi, s'est ouvert par le tirage au sort des jurés, huit hommes et une femme. Ils vont devoir juger le couple Fourniret-Olivier, tous deux vêtus de noir dans le box des accusés, pour un meurtre crapuleux : l'assassinat de, Farida Hammiche, 30 ans au moment de sa disparition. 


Farida Hammiche était l'épouse d'un ex-codétenu de Fourniret, le braqueur Jean-Pierre Hellegouarch. Elle meurt étranglée et frappée à coups de baïonnette et selon Michel Fourniret, son corps aurait été enterré près de Clairefontaine dans les Yvelines, dans un terrain vague. Son corps n'a jamais été retrouvé.
  Puis après avoir tué la jeune femme, ils s'installeront dans son lit pour dormir, "Ils étaient fatigués de cette dure journée"" Le tueur en série s’exprime d’une voix sourde, éraillée .. répond souvent aux questions en disant « j’ai oublié ».    ► Suivez le live tweet de Laurence Barbry qui suit le procès Fourniret pour la rédaction.