Cet article date de plus de 9 ans

St-Nazaire : les chantiers navals bien placés pour la commande de la SNCM

Les chantiers STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) sont dans la "short-list" de la Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) qui veut renouveler sa flotte de navires.
C'est une grosse commande qui sera bientôt attribuée et qui pourrait faire beaucoup de bien aux chantiers navals de Saint-Nazaire.
La Société nationale Corse Méditerranée (SNCM) veut renouveler sa flotte de navires pour un coût d'environ 800 millions d'euros.
C'est ce qu'a expliqué la compagnie ce lundi.

"Vingt-et-un chantiers ont été consultés, quinze ont répondu. Nous en avons sélectionné six et maintenant on a une short-list de trois", a déclaré à l'AFP Pierre Jaumain,directeur de la communication et du marketing de la SNCM.

Le seul chantier français parmi les trois finalistes

Sur cette dernière liste figurent les chantiers navals de Saint-Nazaire, un chantier sud-coréen et un japonais, a-t-il précisé.
 
La commande porte sur le renouvellement de huit bateaux, "au rythme de deux par an", a poursuivi M. Jaumain. Il s'agit de navires mixtes (transport de fret et de passagers), pour un montant total situé "entre 800 et 850 millions d'euros".
 
Une motorisation au gaz, moins polluante que le fioul, est envisagée.
La consultation avait été lancée en janvier et la SNCM devrait choisir un seul chantier avant la fin de l'année.

STX a besoin de commandes

Une telle commande serait une très bonne nouvelle pour ceux de Saint-Nazaire, en grande difficulté économique.
STX France, dernier grand chantier naval français, est détenu à 66,6% par STX Europe (filiale du sud-coréen STX Shipbuilding) et à 33,3% par l'Etat. L'entreprise emploie 2.100 personnes et fait travailler quelque 4.000 sous-traitants.

La direction de STX a annoncé en avril qu'elle envisageait 2.500 jours de chômage partiel après la perte d'une commande de deux navires de croisière.
Ils s'ajoutaient à plus de 9.000 jours de chômage déjà prévus en mai et juin pour faire face à un creux de charge de l'entreprise d'ici à fin 2012, engendré par le faible remplissage de son carnet de commandes en 2011.
Près de 2.000 personnes avaient manifesté en mai à Saint-Nazaire pour réclamer une intervention des pouvoirs publics en faveur des chantiers navals.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
chantiers de l'atlantique emploi économie