Le décès de Jean-Paul Auriol

Ancien industriel à Saint-Herblain, il appartenait à une famille de renom.

Par Alain Astarita

Petit-fils de l'ancien Président de la République Vincent Auriol et fils de Jacqueline Auriol, prestigieuse aviatrice qui collectionna les records de vitesse dans les années cinquante, Jean-Paul Auriol est décédé à l'âge de 71 ans des suites d'une longue maladie.

Il vivait dans la propriété familiale de "La Pâclais" à Saint-Herblain.

Une mère au firmament

Jacqueline Auriol, née Jacqueline Douet le 5 novembre 1917 à Challans, en Vendée, a été la première femme pilote d'essai en France. Jeune fille, elle se destine à la peinture et suit à Paris les cours de la prestigieuse Ecole du Louvres.

A 21 ans elle épouse Paul Auriol, Un brillant élève de Science po, fils d'un ministre socialiste du Front populaire, Vincent Auriol qui sera élu président de la République en 1947.

Dix ans plus tard, éprise de vitesse et d'action, elle passe son brevet de pilote, s'initie à la voltige et enchaîne bientôt les records de vitesse.

Remarquable pilote d'essai, elle sera distinguée par de nombreux prix dont un remis par le Président Eishenhower lui-même !

A son décès, le 11 février 2000, son fils, Jean-Paul Auriol, a reçu un télégramme de Jacques Chirac : «Cette grande dame a incarné pour les Français, pendant des décennies, le courage et la modernité. Ses exploits inouïs des années 50 et 60 lui avaient valu une renommée mondiale et faisaient la fierté de notre pays» soulignait alors l'ancien Président de la République.

Sur le même sujet

Les + Lus