Cet article date de plus de 9 ans

La ville d'Angers s'offre les Echos et le Monde contre la délocalisation de Technicolor

24 heures avant la décision du tribunal de Nanterre, Angers et le Conseil régional s'offre deux pleines pages dans ces quotidiens nationaux pour s'interroger sur la délocalisation du site angevin.
Une pleine page dans le quotidien économique les Echos ce mardi matin, une autre cet après-midi dans le Monde, tout en noir avec les lettres Technicolor qui claquent en orange, la ville d'Anger et sa métropole ont clairement choisi leur camp 24 heures avant la décision du tribunal de Nanterre.

"Notre territoire est un centre européen pour l'électronique professionnelle au coeur de la première région française avec 400 entreprises de pointe.. une région d'excellence avec des savoir-faire et une forte capacité d'innovation", expliquent les élus dans la page de publicité.

La ville, la communauté urbaine et la région s'interrogent d'une même voix : "pourquoi Technicolor veut-il fermer brutalement son usine avec 350 salariés?"
Demain le Tribunal de commerce décidera du sort du site angevin de Technicolor, les élus en sont persuadés "une issue positive est possible" mais "il reste 24h".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
technicolor aménagement du territoire