Les familles des otages du Sahel dénoncent la rumeur du versement d'une rançon de 90 millions d'euros

A Meudon ce matin, en région parisienne, le grand-père de Pierre Legrand, originaire de Couffé (44) enlevé en 2010 par Al-Qaïda au Maghreb islamique sur un site d'extraction d'uranium, veut faire "tordre le coup à cette rumeur". 

Demain, cela fera deux ans que l'organisation terroriste Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), a enlevé sur une mine d'uranium au Niger, Pierre Legrand, Thierry Dol, Daniel Larribe et Marc Féret.
 
               


        
Les familles, ce matin à Meudon tout près de Paris, ont réclamé devant la presse "du résultat, de la rapidité et de l'efficacité". Le grand-père de Pierre Legrand, René Robert au nom des familles voulait surtout démentir la rumeur d'une remise de rançon d'environ 90 millions d'euros : "Cette somme arrive comme un monstre du Loch Ness. Il faut tordre le coup à cette rumeur qui veut condamner nos hommes (..) elle est lancée par de gens qui ne veulent pas que ça aboutisse".

Les parents de Pierre Legrand, Pascale Robert et Alain Legrand, comme toutes les familles reçues à l'Elysée par François Hollande se disent satisfaits de leur rencontre avec le chef de l'Etat. Ils saluent le travail des membres de la cellule de crise qui "témoignent d'un engagement déterminé et de la pleine mobilisation de l'Etat" selon les mots du président de la République.




Quant aux entreprises de l'uranium  Areva et Satom, les employeurs des otages français, les familles saluent leur comportement humain et leur attention portée au cours de ces deux ans de captivité.


Avec Marc Yvard, sur place à Meudon et AFP

"Plus de visibilité dans les médias"
France Télévisions est l'un des seuls médias à parler chaque semaine des otages français du Sahel. Les familles souhaiteraient davantage de médiatisation de l'affaire avec "une légère accentuation" de leur visibilité dans l'espace public et les médias mais "pas de saturation".

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité