Le Conseil Général de Loire-Atlantique peut se passer des Verts

Philippe Grosvalet / François de Rugy, l'un est pour la fin des départements l'autre pas / © f3 pays de la loire
Philippe Grosvalet / François de Rugy, l'un est pour la fin des départements l'autre pas / © f3 pays de la loire

C'est la réponse cinglante de Philippe Grosvalet, le président du CG 44 a François de Rugy qui verrait d'un bon œil la disparition des départements

Par Christophe Turgis

Dans le cadre de la décentralisation, Europe Ecologie Les Verts (EELV) est favorable à "la suppression du conseil général", indique François de Rugy, le co-président du groupe écologiste à l'Assemblée Nationale, voulant aller dans le sens d'un renforcement de la région et de l'intercommunalité.
"Au sein de notre mouvement, nous sommes pour la suppression du conseil général. En revanche, nous voulons préserver la commune", a expliqué le député de Loire-Atlantique lundi, sur le site acteurspublics.com.
"Concernant les intercommunalités, il faut accélérer les regroupements. Cela n'a pas été fait par le précédent gouvernement contrairement à ce qui avait été annoncé", a ajouté François de Rugy, qui était interrogé sur la position d'EELV sur la suppression d'un échelon territorial.

"Notre architecture idéale, c'est le couple régions-départements et le couple communes-intercommunalités. Avec un renforcement de la région et de l'intercommunalité, seuls échelons qui devraient bénéficier de la clause de compétence générale", a poursuivi le député.

Jean-Marc Ayrault pour le renforcement des régions et des agglomérations
Questionné sur la nouvelle phase de décentralisation en préparation par le gouvernement, le responsable d'EELV a exprimé l'espoir que le statu quo "ne perdurera pas".
Selon lui, "les régions et les grandes villes devraient avoir, par exemple, plus de compétences en matière d'enseignement supérieur".
"On est également pour faire le ménage entre collectivités locales, c'est-à-dire faire la chasse aux superpositions et aux doublons", a-t-il ajouté.
"Nous sommes très décentralisateurs", a assuré le député, selon lequel le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, est "peut-être même plus" décentralisateur que François Hollande. Jean-Marc Ayrault "a cette culture chevillée au corps. Comme nous, il est pour le renforcement des régions et des agglomérations", a-t-il assuré.


Des propos qui ont fait bondir Philippe Grosvalet
Le président du Conseil Général de la Loire-Atlantique ne se laisse pas faire. Il entend défendre sa vénérable institution. En jouant la carte du super bureau de l'aide sociale. "Dans une période de crise sans précédent, quand plus de huit millions de Français vivent sous le seuil de pauvreté, les Départements jouent, plus que jamais, un rôle irremplaçable dans notre pays. Nous sommes chaque jour aux côtés de nos concitoyens pour les accompagner tout au long de la vie. De la petite enfance à l’accompagnement de la dépendance, de l’insertion professionnelle à la solidarité dans les épreuves… Le Département est garant des équilibres sociaux et territoriaux".

Plus politique, Philippe Grosvalet, pose la question de la cohérence d'Europe Écologie Les Verts. "Incohérence démocratique des Verts qui au fond ignorent la réalité des territoires français, leur interdépendance et leurs complémentarités. Ignorer cette réalité, c’est ignorer la diversité de nos territoires, qu'ils soient urbains ou ruraux, littoraux ou de montagne. C'est au fond nier la réalité de la représentation démocratique qui fonde le socle de la République".

Et de conclure sur l'appétit politique des Verts toujours en mal de représentation. "Si les écologistes peuvent se passer d’une représentation démocratique comme le Département qu’ils se rassurent, nous pourrons nous passer d’eux pour mener les combats qui sont les nôtres, au Conseil général ou ailleurs.
Hélas, je ne doute pas un instant que François de Rugy saura retrouver le chemin du Conseil général d’ici aux prochaines élections cantonales".

Loire-Atlantique rattachée à la Bretagne et la Vendée au Poitou-Charente 
EELV souhaite une réforme territoriale " ambitieuse". Les 6 régions qui composent actuellement l'ouest de la France devraient laisser
la place à 4 régions: la Bretagne avec la Loire-Atlantique, Poitou-Charentes avec la Vendée, une seule Normandie au lieu des deux actuelles, et le Val-de-Loire qui remplacerait la région Centre. Voilà de quoi alimenter le débat, déjà bien houleux, entre les collectivités territoriales et les élus verts ...

Sur le même sujet

Les + Lus