Le Conseil Général et la mairie ne veulent pas financer la reprise du FC Le Mans par Jérôme Ducros

Le 13 février 2013 : centre d'entrainement de la Pincenardière. Le président Henri Legarda confirme l'unique offre présentée par Michel moulin mais demande plus de garanties sachant que le président du Mans FC souhaite recapiltaliser le club au plus vite (ici accompagné de Jean-François Bracq, représentant le conseil d'administration) / © Maxppp
Le 13 février 2013 : centre d'entrainement de la Pincenardière. Le président Henri Legarda confirme l'unique offre présentée par Michel moulin mais demande plus de garanties sachant que le président du Mans FC souhaite recapiltaliser le club au plus vite (ici accompagné de Jean-François Bracq, représentant le conseil d'administration) / © Maxppp

Jean-Claude Boulard, le maire, et Jean-Marie Geveaux, le président du conseil général, ne veulent pas sortir 3 millions d'euros pour le montage proposé par Henri Legarda. France 3 Maine s'est procuré l'échange de courriers.

Par Pierre Lawless/édition X Collombier

La piste Ducros n’est pas viable sans l’aide publique

L’urgence, c’est de résorber le passif du club (7,2 millions d’euros de déficit au 30 juin 2012). Dans une lettre du 25 février, Henri Legarda chiffre : "c’est d’une somme d’environ 6 millions d’euros dont le club doit bénéficier rapidement ". L’appui de l’homme d’affaires toulousain, Jérome Ducros (1,5 million d’euros), des aides (sponsors, autres investisseurs) sont annoncés. "Toutefois, ces investisseurs et partenaires nous confirment (…) que ce projet est viable sous la réserve d’un appui financier immédiat des collectivités " poursuit M. Legarda. En gros, Henri Legarda admet que son projet ne pourra être réalisé sans l’aide publique. Sa lettre évoque un prêt pour 3 millions d’euros, soit la moitié des besoins. Sollicité, Jean Marie Geveaux, président du Conseil général de la Sarthe, a refusé.
Jérôme Ducros est le principal sponsor du Toulouse Football club et président du LUZENAC ARIEGE PYRENEES / © MAXPPP
Jérôme Ducros est le principal sponsor du Toulouse Football club et président du LUZENAC ARIEGE PYRENEES / © MAXPPP


Dans sa réponse datée du 26 février, Jean Claude Boulard propose donc d’avantager l’offre de reprise du club par Michel Moulin. Leur proposition " ne comporte pas de demande de mise en place d’un prêt garanti par les collectivités " précise le maire. Le lendemain, Henri Legarda lui répond : "Vous nous permettrez de nous interroger, à ce stade, sur la crédibilité de la proposition d’investissement de MM. Fabre et Moulin et d’être en désaccord avec votre analyse comparative qui tend à la privilégier sur celle de Monsieur Ducros ". Et la lettre de poursuivre : " Force est de constater que les bilans de M. Ducros (…) font apparaitre des capitaux propres de 30 Millions d’euros (exercice 2011) " alors qu’il y a "absence totale de communication par la société Faber Holding (NDLR. Holding de Jean Fabre) de ses bilans et comptes de résultats ". En un mot comme en cent, Henri Legarda privilégie l’option Ducros et renvoie celle de M. Moulin et de J. Fabre dans les cordes. Le maire de son côté avait indiqué que la proposition de M. Ducros " n’a pas encore fait l’objet d’un écrit " contrairement à ce que "vous (Henri Legarda) aviez annoncé à vos actionnaires lors de l’AG du 21 février ". Bref, échanges d’amabilités et désaccord sur toute la ligne.

Aujourd’hui, aucune des deux solutions ne semble viable. Le club veut privilégier la piste Ducros mais ne pourra le faire sans l’aide publique que les collectivités lui refusent. Henri Legarda refuse en revanche la reprise du club de Michel Moulin. Faute de garanties.


Un appel à l’aide publique en deux temps


Mais l’appel aux collectivités d’Henri Legarda ne s’arrête pas là. Dans sa lettre du 25 février, Henri Legarda indique : « le club ne peut assurer une pérennité d’exploitation en Ligue 2 sans bénéficier :
-         de la part des collectivités d’un partenariat financier similaire à ceux dont bénéficient de nombreux clubs en France.
-         de la part du concessionnaire du stade (Vinci, Le Mans Stadium), d’une réduction de loyer pendant la période au cours de laquelle le club continuera à évoluer en Ligue 2 »


Et là, on se dit qu’il y aura besoin de beaucoup de discussions pour en arriver là.

Pierre Lawless

A lire aussi

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus