FC Nantes - Clermont, la Beaujoire veut toucher du doigt le rêve de la remontée

Le match Clermont - FC Nantes le 11 décembre 2012 / © Thierry Lorret / MAXPPP
Le match Clermont - FC Nantes le 11 décembre 2012 / © Thierry Lorret / MAXPPP

Pendant trois jours, Michel Der Zakarian a cloîtré ses joueurs à la Jonelière, pas question de sous-estimer Clermont-Ferrand.

Par Xavier Collombier

Clermont  en attendant le sacre

Les supporters n'en peuvent plus du suspens. Un jour, oui c'est certain les Canaris vont retrouver la L1, un autre avec une équipe à bout après un championnat intense et palpitant, ils doutent comme le Coach. Michel Der Zakarian, à Niort, n'avait pas le sourire. "Un match moyen" a-t-il jugé, malgré le but de la victoire face aux Chamois Niortais.
En alchimiste du ballon, il sait que rien n'est jamais gagné avant le coup de sifflet et l'ultime match. Il en est persuadé c'est à Caen que tout se jouera. En attendant, Clermont est invité lundi.
Les amoureux du club vont devoir ronger leur angoisse jusqu'au bout.


 

Clermont réaliste


Les fans n'y croient plus vraiment, l'angoisse de la relégation, c'est la loi du genre en fin de championnat, est dans toutes les têtes.
 



 



Bref, rien ne va. Les Auvergnats vont-ils se battre ou bien jeter l'éponge ? Leur dernier match a viré à l'enfer. Il avait le regard corse. Humilié par la lanterne rouge, l'équipe bien connu par Der Zakarian doit maintenant relever le gant.

Comme le raconte notre confrère de Clermont. "La soirée a été cauchemardesque pour le Clermont Foot. Deux buts encaissés contre les derniers du classement. A domicile, devant plus de 4 900 spectateurs et sous des trombes d'eau qui ont assombri un peu plus cette triste soirée."

8ème défaite à domicile, les Auvergnats n'ont sans doute plus rien à perdre. On connaît trop souvent la suite dans ces cas là.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus