Procès de Tony Meilhon à Nantes : le récit du quatrième jour d'audience

Tony Meilhon dans le box de l'accusé. / © Antoine Boilevin / france 3
Tony Meilhon dans le box de l'accusé. / © Antoine Boilevin / france 3

Ce lundi matin, ont été abordés les faits reprochés à l'accusé.

Par Christophe Turgis avec FB

Le procès de Tony Meilhon, âgé de 33 ans, a débuté mercredi aux Assises de la Loire-Atlantique à Nantes. Il est accusé d'avoir enlevé et tué Laëtitia Perrais en janvier 2011 avant d'en démembrer le corps et d'en dissimuler les morceaux dans deux plans d'eau.


17h45  Fin de cette 4ème journée d'audience sur un différend entre Tony Meilhon et son avocat !



17h35 Me Brahim demande la suspension du procès Tony Meilhon proteste

Me Brahim : "je souhaite maintenant que Mr Meilhon nous précise où se sont passés les faits en forêt, je demande un complément d'enquête et la suspension du procès !" Tony Meilhon se redresse :"Je suis pas d'accord Mr l'avocat, je veux être jugé !"

Le président : "Qu'on montre à Mr Meilhon la carte et indiquez nous quel est le secteur." On montre la carte. "C'est là ?" dit le président. "Dans la salle on ne voit pas bien !"
Le président : "Me Brahim, nous allons suspendre l'audience, votre client n'est pas d'accord avec vous, Maître, vous nous ferez parvenir vos conclusions demain matin, la cour jugera en contentieux votre demande. L'audience est suspendue et reprendra demain à 9h."


17h19 L'avocate générale

"À aucun moment vous vous êtes dit qu'elle était encore en vie ?" "Non"
"Votre téléphone borne à la Bernerie à 1h18" "Oui."
"Dans la forêt vous pouvez nous dire ce que vous avez fait ?" " Oui, j'étais perdu je voulais me disculper, je lui ai donné des coups de couteau." "Si vous aviez une arme pourquoi ne pas l'avoir utilisée ?" "Je voulais faire croire que c'était un crime à la suite d'un enlèvement."

"Mais c'est ce qui c'est passé, pourquoi avoir encouru la perpetuité alors que le délit de fuite est passible de 5 ans de prison..." "Je voulais me construire un alibi..." Ensuite vous faites appel à Mr X pour le démembrement... "Oui" Çan'aurait pas été plus simple de lui demander de vous aider à faire un trou...?" "Il faisait jour..."
"Pourquoi être allé voir Mr Bouvet ?" "Pour lui demander conseil." "Pourquoi lui remettre la batterie de portable ?" "Je sais pas..."
"Pourquoi être passé par Couëron ?" "Je sais pas" "Vous bornez vers 15h20 vous n'êtes pas allé à l'étang de Briord ?" "Non" "C'est de l'autre côté de la Loire. Vous êtes allé chez Shopi ?""Oui je me gare sur le parking..." "Avec le corps de Laëtitia, le sang au vu et au sus de tout le monde ?" "Oui".

"Ensuite vous allez à Lavau." "Oui" "Comment jetez vous le corps de Laëtitia Perrais, vous faites un effort vous le soulevez ?" "Je sais plus."
"Vous nous dites que votre complice a jeté le corps entre deux eaux..." "Oui" mais à ce moment là on ne sait pas encore où se trouve le corps." Tony Meilhon de plus en plus las : "Je sais pas, je vous dis la vérité."

"La vérité ça fait deux ans qu'on la cherche." "Si c'est un accident, que vous avez tué Laëtitia sans vous en rendre compte pourquoi ne pas avoir présenté cette version qui vous est favorable ?" "J'étais dans l'idée de me faire passer pour malade."
"Maintenant je me rends compte de ce que j'ai fait, j'accepte la peine."



16h50 Reprise de l'audience

Le président : "En échange de quoi, un homme a pu faire pour vous ce que vous nous avez dit  ?" "Je sais des choses de lui dans le passé."

Les parties civiles :
Me Pocquet : Qu'est-ce que vous avez fait pour vous assurer du décès de Laëtitia ? Vous avez pris son pouls ?" "Non" "Enlevé son casque ?" "Oui"  "Vous avez eu la certitude qu'elle était morte ?" "Oui"

"Pourquoi vous l'avez poignardée ?"

"Je sais pas je lui ai donné des coups de couteau pour me créer un alibi."

"Combien ?" "Une quinzaine je le sais depuis que j'ai vu les rapports, non Mr Meilhon c'est plus". Pas de réponse.

"Est-ce que vous avez à un moment pensé aux personnes qui sont assises derrière moi ?" "Vous voulez me dire que je suis un sans cœur ? quand je rentre dans ma cellule le soir, vous croyez que je me dis quoi, quand j'entend ce qu'on dit de moi, que je suis un monstre, que je suis pas réinsérable..."

"Il n'y a pas eu agression sexuelle, à ce moment j'étais innocent de quoi que ce soit, je n'ai pas eu peur que Laëtitia Perrais porte plainte contre moi..."

Me De Oliveira : "J'ai plusieurs questions Mr Meilhon..." "Je m'en doute !"
"À quel moment le corps a t-il refroidi ?" "Je sais pas, j'ai pas pris sa température !" "Vous dites dans une scène que je ne connaissais pas, qu'elle a conduit et qu'elle a ri. Vous êtes la dernière personne qui l'aurait fait rire ?" "Oui"

"Laetitia a passé un coup de fil à William Santarossa, qu'est-ce qu'elle a dit ?" "Je sais pas ce qu'elle a dit..." J'ai une impression personnelle que Laëtitia vous a dit quelque chose de particulier qui a déclenché votre violence..." "Je suis comme ça j'ai toujours été élevé dans la violence." "Où trouvez vous le couteau ?" "je l'ai toujours sur moi, pour couper de la résine tout ça..."

"Comment vous avez contacté Mr X ?" "J'y suis allé, avec lui on n'a pas de contact téléphonique." "Il habite donc pas loin de Casse-Pot." "Je sais pas, je peux pas vous dire." Quel est l'intérêt de faire des cambriolages avec des butins relativement maigres alors que vous avez chez vous 38 000 euros, des kilos d'or, une caverne d'Alibaba..." "J'avais une commande et je travaille avec des roumains tout ça."

"Vous avez craqué à un moment ?" "Oui dans la forêt."

"Vous avez dit que le moment le plus difficile ça a été de découper la tête..." "Oui tout était difficile."

"Vous évoquez un vomissement." "Non c'était dans la forêt."

Jessica était tout à l'heure dans cette salle, elle est sortie voir un médecin, qu'est ce que vous dites de ça...?" Je sais pas y a pas de mots..." "Si, il y en a, mais vous ne voulez pas les dire !"


16h27 L'audience est suspendue pour 15 minutes



16h15 Le président poursuit l'interrogatoire Tony Meilhon semble fatigué

"Dans quel créneau horaire s'est passé le démembrement de Laëtitia ?" "Avec Mr X entre 9 et 10, je l'ai raccompagné à Chemillé, avec les restes de Laëtitia dans la voiture, on a fait le changement de véhicule sur le parking..."
"Vous avez essayé d'égarer les enquêteurs..." "Les aider ou les égarer...?" Rire nerveux dans la salle... "C'était pour étayer mon alibi. Avec l'enquêteur barbu qu'était là ce matin, le ton est monté. Ils m'ont menacé de mort, il ont perdu leur sang froid... un manque de professionnalisme durant la garde à vue, j'ai jamais signé quoi que ce soit, signer c'est reconnaître.

"Vous dites, j'ai fait une fausse déclaration... vous rédigez même un témoignage de votre main d'une écriture assez serrée..."

"Oui enfin voilà, j'ai enlevé une vie on doit prendre ma vie, malheureusement en France on a supprimé la guillotine, je le regrette..."



15h40 Le président reprend la parole

"Vous êtes conscient que c'est une nouvelle version invérifiable ?" "oui"  Ce Mr X qui est-ce ? Je vous le dirais pas, il a mon argent, je ne l'invente pas pour me disculper, je ne mérite que la prison à perpétuité. C'est pas une invention de mon avocat qui veut me faire condamner." "Votre avocat vous défend Mr Meilhon !" sursaute le président Pannetier !

Le président :  "Vous dites que vous connaissiez Laëtitia ? Oui il faisait beau ça devait être au mois d'août. Mais vous n'aviez pas ses coordonnées dans vos téléphone, elle n'avait pas les vôtres non plus..." "On n'a pas le n° de toutes les femmes qu'on rencontre !

"Vous dites qu'elle prenait de la coke, les analyses toxicologiques ne le démontrent pas, son entourage encore moins..."  "Si si enfin je sais pas elle voulait découvrir des choses nouvelles..."

"Vous dites je retourne à Casse-Pot pour un rendez-vous que vous avez oublié, vous revenez, vous poursuivez un scooter, celui de... Steven précise Tony Meilhon, oui dit le président... il dit que vous étiez énervé... que vous conduisiez vite... Oui enfin c'est un diesel la 106 quand on pousse ça fait du bruit... la coke ça rend sourd..."

"Les témoins disent que Laëtitia était apeurée avec vous..." "oui elle ne se sentait pas bien à ce moment là..." Vous l'emmenez à Casse-Pot... Je lui fait visiter le terrain, je lui dis que je vais bientôt en acheter un avoir un appartement... Vous racontez avec une certaine complaisance votre relation sexuelle..." "Quoi et alors... visiblement elle avait un problème avec ça ! Elle dit j'ai un truc grave à te dire, elle dit je me suis fait violer, mais non elle a pu penser que ça correspondait à un viol, mais elle dit pas par qui, son copain, Mr Patron ou... Tony Meilhon !"

"Vous vous fâchez, vous l'étranglez, les médecins nous dirons demain ce qu'il en retourne, mais si Laëtitia était vivante ensuite selon vous, ce n'est pas possible, ils nous diront qu'il y a une fracture de l'os hyoïde..." Les coups de couteau ont été donnés post mortem." "Oui je vous l'ai dis j'ai dû faire comme ça..." "Je fais toujours n'importe quoi..." 

Les médecins disent : il n'y avait pas de sang sur le visage et vous dites mais j'avais du sang sur les mains, "Oui je l'avais attrapée par la cheville où il avait une derme abrasion.. Oui enfin voilà quoi..."

Et dans la forêt...

"Vous pouvez envoyer les enquêteurs, les traces de sang y sont encore..."

Le président : enfin Mr Meilhon le temps a passé, les conditions climatiques..." "Oui mais des fois les traces ça traîne !"

"Vous ne nous avez pas parlé de Nicolas Bouvet..." "Ah oui, j'ai oublié, j'étais surtout préoccupé par Couëron "Je n'ai jamais dit que c'était un homme, j'ai dit j'ai renversé une personne" "Le corps était déjà démembré ?" "Oui, la tête et les jambes..."

"Vous lui donnez une batterie de téléphone, pourquoi aller rencontrer cette personne à ce moment là ? "Je sais pas, je sais pas... Je lui faisais confiance." Il se joint les mains.
Y a plusieurs communications entre vous, vous lui dites que vous arrivez... "c'était par rapport à l'argent, on avait fait un casse chez Photovolt, environ 20 000 euros de préjudice, je lui devais de l'argent et j'avais pas assez chez moi..."

"Sur le démembrement de Laëtitia vous dites..." "Que j'ai commencé et j'ai pas pu continuer. C'est Mr X qui continue." "C'est vous qui faites la nasse ?" "Oui à Lavau-sur-Loire." "Vous trouvez le parpaing ?" "Oui avec la ficelle..." "Et votre complice se charge du reste..." "Oui" Et c'est lui fait la ficelle ?" "Oui" "Alors comment expliquez vous qu'on retrouve votre ADN sur la ficelle..." "Je sais pas, c'est pas possible, j'avais enlevé plein de tours pour éviter ça." "Ce que vous nous dites ne correspond pas à vos précédentes déclarations..." "Je sais pas j'ai dit ça comme ça."


14h55 La soirée avec Laëtitia

"J'ai fini par retrouver Laëtitia, on se met une trace de coke." Le président : "quand vous dites on se met une trace de coke c'est tous les deux ?" "Oui sinon je dirais je !" "Les gens me disent ah c'est bien t'es avec une amie, oui c'est Laëtitia je l'ai rencontrée cet après-midi... tout ça!" Le ton est monté avec un mec, j'ai demandé à Laëtitia de sortir, j'ai demandé au mec de présenter des excuses, le ton est monté tout ça. Il m'a promis une balle !" Je lui ai dit, j'habite au Casse-Pot et je m'appelle...-il bredouille à voix basse- Tony Meilhon !"
On est allés vers Pornic, au Quai 46, on y passe un peu de temps jusqu'à minuit. Elle me dit où elle habite, je voyais pas trop, je lui ai dit qu'on pouvait aller chez moi, je lui ai proposé de conduire, elle a fait patiner la première..."

"Chez mon cousin, j'ai préparé de la vodka red bull, on s'est caressés, je lui ai chauffé le clitoris, elle s'est mise accroupie, et m'a fait une fellation...!" J'ai pris une gorgée de vodka, elle a goûté en disant que c'était trop fort."
"J'ai remis la main dans sa culotte, elle a fait des mouvements de bassin je croyais qu'elle voulait, j'ai continué, elle m'a dit qu'elle voulait pas, j'ai insisté, elle m'a dit t'es qu'un conard tu comprends rien. Je me suis senti frustré, je l'ai serrée au cou, je l'ai balancée contre le mur... elle est tombée au sol en pleurant... je me suis confondu en mille excuses, je lui ai dit tu veux de l'argent ? Elle m'a dit ramène moi chez moi ! Je l'ai ramenée en route, elle m'a dit j'ai mes règles, je lui ai dit trouve autre chose ! Pour éviter de retrouver le mec d'avant j'ai roulé sans phares pour la remettre devant le café. On s'est dit à demain."

"Pour suivre je me suis dit si je croise le mec qui voulait me mettre une balle, je sors mon arme. Je trouve les gants rouges par terre dans la voiture, j'ai voulu la rattraper, sur un rond point j'ai un peu raté le virage, y a mon pétard qu'est tombé, ça sentait mauvais, un moment de temps, j'ai senti un choc. Je me relève et je vois le scooter...
J'ai eu peur, la panique qui s'empare de ton être... je... Vous faites quoi précisément : j'allume les phares, j'ai fait le tour de la voiture elle y est pas, j'ai toujours vu qu'y avait un fossé, je l'ai vue dans le fossé, je l'ai tirée par les pieds, je la secoue par la visière, je l'appelle elle répond pas. j'ouvre la visière, il y a un truc collant, forcément c'est du sang... j'ai enlevé le casque, elle est inerte, y a personne dans la rue, la panique m'a pris j'aurais jamais dû faire ça. J'ai ouvert le coffre, elle tombe par terre, euh... (Tony Meilhon se cache la bouche....) il met ses mains dans ses poches....

Elle est morte, je me dis je l'ai tuée... je suis pas lucide !


"Alors là vous faites quoi ?" "J'ai fait demi tour." "Vous rentrez au Casse-Pot ?" "Non je lui parle, je l'appelle Laëtitia tout ça... Au lieu de prendre les bonnes réactions, j'ouvre le coffre, je lui fais les poches, je prends son téléphone..."
"Place Bellevue, je me mets au fond du parking, je suis persuadé qu'elle est décédée, je suis dans ma logique, faut pas que je me fasse attraper, j'ai laissé mon téléphone dans un buisson pour que les gens croient que je suis à la Bernerie, je suis allé vers Arthon j'ai essayé de reprendre mes esprits tout ça..."


15h Le calvaire de Laëtitia et l'apparition de Mr X

"J'ai rouvert le coffre de la voiture dans le plastique je l'a mets dans le petit bois...

Je vais faire croire qu'elle est morte étranglée là, du grand Meilhon quoi

j'ai mis des coups de couteau de la main droite puisque moi je suis gaucher... Pour mon alibi. Du grand n'importe quoi. Je me sens vidé déjà que je suis blanc je devais être transparent, je tremble, je vomis partout. Plus je fais les choses et plus tu crois que tu vas t'en sortir... je suis retourné chercher mon téléphone à la Bernerie, encore dans ma logique j'ai pensé à mon ADN partout, je suis retourné dans la forêt, j'ai ramené le corps à Arthon, j'étais tétanisé. Petit à petit je me suis repris je vais aller l'enterrer. Je lui ai envoyé un message, et je m'aperçois que l'autre message, je suis pas comme ça je peux attendre comme tu me l'as demandé, n'est pas parti. J'envoie les deux messages, faut que je me débarrasse du maximum de preuves..."

Il s'exprime avec détachement les mains dans les poches.

"J'ai voulu creuser un trou, c'était dur y avait des racines, j'étais fatigué, je savais pas où aller. J'ai mis du gazoil dans la 106, je me rend chez mon ami, je lui explique toute l'affaire, comment ça c'est passé, il m'a dit au pire des cas t'aurais dû prendre la fuite, ce gars là je sais des choses je lui faisais confiance, il m'a dit je vais t'aider, je pensais qu'il allait prendre le corps et s'en débarrasser.

Il m'a dit on va faire comme Dexter, vous savez c'est une série américaine où on coupe les corps et on les jette dans l'eau. Il m'a dit tu prends la scie

"C'était inconcevable, j'ai commencé par le bras gauche, j'ai mis trois quatre coups, j'ai... arrêté j'ai pas pu faire, il m'a dit je m'en occupe, après on s'est partagé les morceaux.

Le président : "C'est le mystérieux Mr X ?" "oui" "Après comment ça se passe ?" "On a pris de la ficelle, des parpaings, on a pris son camion, chacun est allé vers ce qu'il avait à faire. Je me suis rendu sur Couëron, j'ai rallumé mon téléphone pour être borné. Je suis retourné à la Bernerie à Shopi pour me faire voir, après je suis retourné sur Lavau, je me souviens être allé une fois sur Lavau y avait des jeunes, je suis pas resté, je suis allé sur Bouée, j'avais plus de cigarettes, je suis allé remettre du gazoil à Cordemais je suis retourné à Lavau à la suite de ça j'ai fait la nasse, j'ai jeté le corps dans l'eau...."

"Je suis retourné chez moi, je lui ai remis 38000 euros (à Mr X), deux kilos d'or, des pierres précieuses, toutes mes armes, je lui ai tout donné, je voulais brûler le hangar avec la voiture, j'ai versé de l'essence partout, j'ai mis de l'essence dans la voiture, c'était la nuit il faisait froid, j'ai fait un brin de ménage je suis allé me laver, j'ai mis mon téléphone dans la cheminée, je voulais dormir, je m'attendais à ce que les gendarmes débarquent je pensais pas qu'ils allaient aller aussi vite !"


14h35 Reprise de l'audience

Le président Pannetier, "Mr Meilhon vous avez eu la parole au début de ce procès vous avez fait varier votre témoignage, vous allez nous dire quel a été votre emploi du temps les 17 et 18 janvier ?"

"J'avais une commande chez un vétérinaire, j'y suis allé avec Alain Duhaut, mais il dormait dans la bagnole, j'ai fracturé le vétérinaire tout seul et puis on est rentrés sur Arthon."
"Ensuite j'ai pas trouvé le sommeil, j'ai repris un peu de coke... j'ai traîné dans un bar, puis je suis allé à la Bernerie-en-Retz, j'ai pris des cognacs... Vers midi je suis allé au Shopi acheter de la bière. Je rentre chez mon cousin à Arthon-en-Retz, Alian Duhaut passe, il venait pour me ramener l'argent ou la marchandise. Le président : "c'est le fameux homme à la casquette ?" "Oui".

"On prend une trace... À la suite de ça sur les coups de 13h30 je vais au PMU. J'ai loupé la course. Je sors, c'est là que j'ai aperçu Laëtitia. entre 14h, 15h40 ou... en tous cas avant 16h !"
On s'aperçoit, on se regarde, je lui dis Laëtitia ?" "Ah c'est toi !" "On est allé sur la plage, j'avais de la bière, on a discuté, j'ai bu une bière je lui ai passé une bière, j'ai fumé, elle a pris quelques taffes, ou elle a crapoté. J'ai sorti la coke, elle m'a dit ah oui j'en ai déjà pris sur Nantes... Alors voilà je lui ai fait les lignes de la main... "

"Je l'ai sentie joyeuse et puis comme avec une souffrance, on a discuté, on est retournés au Barbe Blue, j'ai repris de l'alcool, ah, j'ai oublié on s'est embrassés sur la plage, et puis elle est allée à son travail, on s'est embrassés, y a une voiture qu'est arrivée, ces employeurs qui m'ont dit faut pas rester là, c'est privé, Laëtitia était gênée."

"Comme elle m'avait dit quelle était en scooter, elle avait pas de gants, faisait froid, alors je suis allé au Leclerc Pornic, la dame m'a dit on ferme, le vigile a voulu me faire sortir j'ai monté un pipeau en disant que c'était pour ma petite sœur, j'ai pris deux paires, des noires et des rouges, j'ai proposé un pourboire à la caissière, elle m'a dit qu'elle avait avait pas le droit. Je lui ai demandé son téléphone on aurait pu se revoir, ça peut toujours servir, je suis comme ça quoi !"

J'avais oublié que j'avais rendez-vous avec Alain Duhaut à Casse-Pot. Il était énervé, il me devait 5 grammes de coke, il me les rend. On est repartis." Le président : "par les relais téléphoniques on sait qu'il est 20h30 !" "Oui c'est ça. J'ai pris de la coke avec une copine, directement avec un doigt dans la bouche on s'est roulés une pelle !" "J'aurais bien continué mais elle me dit que son mec est là !"


13h L'audience est suspendue jusqu'à 14h30



12h15 Laëtitia averti la famille Patron qu'elle ne rentrera pas

"Laëtitia envoie un SMS à la famille Patron pour les avertir qu'elle ne rentrera pas cet après midi du 18. Elle va à la plage durant la coupure de son service à l'Hôtel de Nantes. Son petit ami indique qu'ils ont eu un rapport sexuel protégé. Laëtitia rencontre probablement ensuite Tony Meilhon, elle envoie des SMS pour dire qu'elle a pris de l'alcool et de la cocaïne... Les propriétaires de l'hôtel indiquent l'avoir vue en compagnie d'un homme beaucoup plus âgé qu'elle...
Vers 22h, on la voit avec Tony Meilhon au bar le Barbe Blue , vers 23h45 ils sont dans un café de Pornic, la 106 est aperçue dans la vidéo du casino.Vers 23h, c'est champagne au Quai 46. Laëtitia envoie des messages à son ami Santarossa pour lui dire qu'elle prend de l'alcool et que ça ne lui plaît pas..."

11h40 Un cambriolage rocambolesque à Vertou

Le 17 Alain Duhaut, voyageur, confirme avoir traîné avec Tony Meilhon, un cambriolage chez un vétérinaire à Vertou... alcool, coke, il roupille dans la voiture, il se réveillera de retour à Arthon... avec des croquettes pour chien, un ordinateur et des médicaments vétérinaires ! Il reste dans les environs de la Bernerie jusque tard dans la soirée, les relais de son téléphone confirment son déplacement vers Nantes à partir d'une heure du matin...Des hôtesses confirment sa présence dans des bars du quai de la Fosse. Vers 4h, il va dormir chez sa sœur au Loroux-Bottereau. Et le gendarme ajoute : "cet homme est handicapé... il n'a qu'un bras."

D'autres personnes présentes au Barbe Blue ce jour là on été entendues par les gendarmes. Deux d'entre-elles connues défavorablement ont été contactées par Tony Meilhon par téléphone. Leurs téléphones et leurs cartes bancaires confirment qu'elles étaient à Rochefort-sur-Mer au moment des faits. Alibi... pour jouer aux boules avec des amis !"


11h22 Reprise de l'audience avec la chronologie des faits

Le témoignage de l'adjudant-chef Touchet. Il a réalisé une chronologie précise des faits, s'appuyant sur les témoignages précis des personnes et surtout sur les relais téléphoniques, qui tracent les allées et venues des protagonistes, et même permettent d'en prendre connaissance avec les SMS ! Le gendarme s'exprime avec un débit rapide, sans notes et restitue les informations minute par minute avec un brio impressionnant ! 

"Nous sommes partis de la technique dite de l'escargot, en partant du lieu des faits pour définir le déroulé des faits." Très vite nous ne nous faisons pas d'illusions sur le fait de retrouver Laëtitia vivante. Tony Meilhon lors de son arrivée à la gendarmerie à Nantes, outre les insultes qu'il profère envers les magistrats, les instructeurs, (enculés, pédophiles, sic),

il chante une chanson de son invention, qu'on ne la retrouverait pas, que ça chair était tendre etc, et que compte tenu du plaisir qu'il avait pris avec elle, 30 ans ce n'était pas grave... La chanson a été enregistrée par un gendarme !" La pièce est jointe au dossier.


Le gendarme dispose à ce moment là également du témoignage de Nicolas Bouvet, la rencontre à Saint-Herblain avec le grillage et "l'aveu" du démembrement d'un homme. "40 enquêteurs interrogent la famille les relations pour connaître la vie, les loisirs, de Tony Meilhon. La pêche laisse apparaître une bonne connaissance des plans d'eau de la région. Nous avons la conviction que le corps a été immergé, à partir de ce moment là, les recherches s'orientent vers les plans d'eau de la région."

"Le 30 janvier, nous inspectons le Trou Bleu, une ancienne carrière,  à Lavau-sur -Loire, le 1er février on trouve dans une nasse, la tête les bras et les jambes... Deux trous sont vidés, dans le deuxième on retrouve le téléphone de Laëtitia sans la batterie. Ce qui correspond à l'enquête de flagrance."

Les premières expertises  montrent que le corps a été violenté, nombreux coups de couteau portés avant le démembrement. Nous recherchons d'autres plans d'eau. Le 9 avril, le coup de fil d'un témoin à Briord, le tronc et les parties manquantes des jambes sont retrouvées... Il n'y a pas de grillage, le corps est lesté d'un parpaing."

Tony Meilhon regarde le sol, son avocat reste les bras croisés.

Le gendarme aborde les constations révélées par les analyses : "on trouve la présence de liquide séminal dans la bouche, on trouve du sang dans le hangar de la propriété, elle est donc bien allée à Casse-Pot. Sur les liens retrouvés à Briord, l'ADN de Tony Meilhon. Des anlyses confirment la prise d'alcool et de cocaïne, volontairement, elle a été inhalée."

"Tous les contacts, amis, famille relationnel de Tony Meilhon ont été entendus, ils confirment tous la violence, l'alcool, la coke, l'héro ! Pour nous il vit de faits délictueux, vols recels..." Tony Meilhon hoche la tête à l'évocation de son train de vie. "Il fréquente le casino, champagne etc. Ses ex compagnes nous confirment qu'il ne supporte pas la frustration. Pour les autres, il les considère comme des dossiers ! Le 17 janvier, il a rencontre une prostituée sur un site de rencontre qui dira ne pas avoir senti le truc ! Le même jour, au pied de l'église d'Arthon il a rendez-vous avec une femme, qui prend peur et invoque ses trois gosses pour fuir..."

Le gendarme évoque ensuite les possibilités de co-action ou de complicités. Nous avons interrogé, ses contacts téléphoniques, ses anciens co-détenus, leurs familles, vérifier leurs comptes en banque, interrogé leurs employeurs quand il y en avait... Son "ami" Bouvet vit sur lemême mode, une dizaine de jours avant, ils avaient cambriolé un entrepôt à Carquefou. Tony Meilhon lui devait de l'argent, alors comme il pensait se faire encore entourlouper, il est venu au rendez-vous de Saint-Herblain avec un témoin... La rencontre est filmée en vidéo par la surveillance d'un magasin de sport !
Bouvet reste interloqué par l'histoire de Tony Meilhon qui lui montre la 106 sans siège arrière, avec deux poubelles et du grillage à l'arrière.Meilhon lui donne une batterie de portable compatible de notre point de vue comme étant celle du téléphone de Laëtitia; Le témoin confirme que Nicolas Bouvet n'est pas parti avec Tony Meilhon."


10h20 Le témoignage du capitaine de gendarmerie Poizat

Le capitaine a mené la garde à vue et établi précisément les parcours de Laëtitia et de Tony meilhon, s'appuyant sur les nombreux témoignages précis et les relais téléphoniques. "Dans une première version, Tony Meilhon nous dit qu'il a eu un accident banal, avec un véhicule volé qu'il conduit sans permis. Après le choc il charge le corps casqué, sans blessures apparentes dans le coffre de la 106. Il jette le corps casqué et habillé dans la Loire depuis le pont de Saint-Nazaire." "Version qui ne coïncide pas avec le pseudo accident, il n'y a pas de choc apparent sur le scooter lié à un choc violent, pas de débris sur la chaussée, pas de traces de sang. Pas de traces non plus sur la 106..."

En fonction des contradictions apportées par les enquêteurs Tony Meilhon se mure dans le silence. Et livre parfois des témoignages spontanés dans les moments de pose... "Il indique avoir eu un rapport sexuel consenti avec Laëtitia sur le capot de la voiture." Sur la question de la rencontre à Saint-Herblain il dit : "ce n'était pas à ce moment là et Bouvet raconte n'importe quoi !"
Meilhon se livre peu et évoque souvent la mort. "Lorsque les questions se faisaient plus précises, il indiquait qu'il lui restait quelques heures à vivre. Disant : passe moi le pétard qu'on en finisse !"

Et le capitaine ajoute en conclusion :

"il nous a dit, On naît soit pour être une victime, soit un prédateur !"



10h15 Questions de Me De Oliveira

"Qu'elles sont les zones d'ombres s'il y a en a ?" Le colonel Bouyer : "Malheureusement il n'y a pas de questions à se poser sur l'enlèvement et la disparition de Laëtitia. C'est l'absence de coopération et la volonté de brouiller les pistes, il ne s'agit pas d'un accident fortuit, les experts vous dirons pourquoi. Restent les questions profondes qui ont conduit Tony Meilhon à commettre l'horreur."

Tony Meilhon regarde le sol puis redresse la tête mollement.

Me De Oliveira : "L'attitude de Tony Meilhon vous a t-elle parue provocatrice ou contrôlée ? "Contrôlée."

10h Les enquêteurs découvrent les premiers éléments du corps de Laëtitia

"Après 14 jours passés dans l'eau, le corps de Laëtitia est encore identifiable visuellement. Les jambes ont été sectionnées au niveau des genoux... Nous sommes arrivés là après avoir constaté les habitudes de pêche de Tony Meilhon. Mais nous ne trouvons rien de plus, nous allons donc débroussailler le site et vider les trous d'eau de cette ancienne carrière où nous retrouvons le Gsm de Laëtitia.

Malheureusement c'est un promeneuse qui promenant son chien à l'étang de Briord à Port-Saint-Père, retrouvera le tronc de Laëtitia. Il est naturellement remonté après le temps passé dans l'eau."
Le colonel parle avec émotion, le président : "c'était choquant ?" "C'est la première fois que je suis confronté à ce type de découverte, je suis le père d'une fille de 20 ans...alors évidemment..."

 

Le président : "les témoins vous ont permis de reconstituer précisément l'emploi du temps de Laëtitia et de Tony Meilhon et notamment la question posée de la possibilité de trouver des gants..." Le colonel ajoute des éléments de contexte. "Il se rendra à Pornic dans un supermarché et prend deux paires de gants quasiment au hasard, la caissière se souvient très bien de son comportement..."

9h50 "La 106 est maculée de sang"

Le colonel poursuit : "Le corps de Laëtitia Perrais n'est pas là. Un trou a commencé à être creusé à quelques centaines de mètres. Les analyses confirment que le sang découvert est bien celui de Laëtitia. Des outils sont retrouvés dans un feu".

Tony Meilhon, chemise à col ouvert sous son blouson noir regarde par terre. Les gendarmes masqués du GIGN le surveillent de près.

"Durant toute la phase de recherche, Tony Meilhon ne nous dit rien. Ou plutôt si, "Vous feriez mieux de vous servir d'un 9 mm plutôt que d'un pistolet Taser, on en finirait plus vite !"

"Tony Meilhon demande à Nicolas Bouvet de se rencontrer à Saint-Herblain pour parler affaires, de ferraille en fait. La vidéo d'un magasin de sport permet de certifier la rencontre. Mr Bouvet sent Tony Meilhon très tendu, anxieux : il dit j'ai fait une connerie, j'ai renversé un homme je l'ai mis dans mon coffre et je l'ai découpé !"
Et Meilhon montre les poubelles dans le coffre avec du grillage à poule. Tony Meilhon lui demande de se débarrasser d'une batterie de GSM, ce qu'il fait !"

9h37 "Un témoin aperçoit Laëtitia qui parle fort avec un homme au volant d'une 106"

Les enquêteurs croisent l'ensemble des données et témoignages recueillis, Laëtitia et Tony Meilhon sont formellement identifiés comme ayant fréquenté le bar Le Barbe Blues à la Bernerie."
"Les enquêteurs découvrent la personnalité de Tony Meilhon... et décident de passer à l'action."
Nous concentrons l'effort sur une seule adresse au lieu dit Casse Pot à Arthon-en-Retz, où il vit chez son cousin dans une caravane."
"À 23h il y a de la lumière, il fait nuit et froid, il y a des chiens, le colonel prend la décision de faire appel en fonction de la personnalité du suspect de faire appel au GIGN qui sera présent à  Pornic dès 4h 30. À  6h 25 le GIGN entre en force dans l'habitation de Casse Pot. Mr Meilhon est allongé sur un canapé en face de la porte, il est blessé par l'usage des armes qui ont servit à ouvrir la porte..." "Il est blessé gravement, sans connaissance, hospitalisé à Saint-Nazaire. D'où il sort à 11h30."


9h08 Reprise de l'audience ce lundi 28 mai

Le président Pannetier : "Mr Meilhon, nous allons procéder à l'examen des faits qui vous sont reprochés. 3 enquêteurs ce matin et vous même Mr Meilhon cet après midi.

Le témoignage du colonel de gendarmerie Fabrice Bouillé
"Dans un premier temps nous avons agit dans le cadre de la disparition d'une personne. En commençant par la recherche des dernières personnes qu'elle a pu rencontrer. En même temps nous observons l'activation des relais téléphoniques de la personne ou de celles qui l'ont entourée."

"L'alerte est donnée à 7h40 par Mme Patron la mère "adoptive". "Jessica la sœur jumelle de Laëtitia en allant prendre le bus pour se rendre à son lycée à Machecoul vient de découvrir le scooter de Laëtitia dans le fossé à une centaine de mètres du domicile."

"À 7h50 les premiers gendarmes sont surplace. Très vite les enquêteurs ont la conviction que la jeune fille n'a pas quitté les lieux par ses propres moyens. Il n'y a pas de traces d'elle". Nécessairement ils concluent à la présence d'un autre véhicule qui a peut-être emmené la jeune fille."

Le colonel raconte la journée de Laëtitia, la fin de service à l'hôtel de Nantes à la Bernerie-en-Retz. Son après-midi passée avec Jocelin un collègue de travail. "Elle s'ouvre à lui de l'insistance d'un ancien flirt, "a un rapport sexuel avec Jocelin, on le sait par l'envoi d'un texto à son ami William... elle enverra à ce dernier 82 messages ou appels jusqu'à 1h54 lematin du 19."

"Des témoins aperçoivent par ailleurs Laëtia en compagnie très proche d'un homme de grande taille à l'entrée du portail du restaurant." Steven, un collègue, qui a l'habitude de faire un bout de chemin en scooter avec Laëtitia, l'attend à la fin du service, elle ne vient pas, alors il part. En cours de route il se fait serrer par l'homme qu'il a vu l'après midi en compagnie de Laëtitia. L'homme est au volant d'une 106 blanche." Laetitia lui fera parvenir un SMS lui indiquant qu'elle s'est fait violée..."

"Les enquêteurs identifient rapidement Tony Meilhon comme l'homme aperçu dans la cour arrière de l'hôtel." "Au cour d'un échange téléphonique avec Kevin son ami, elle lui dit avoir fait la connaissance d'un homme de 33 ans et 'avoir consommé un produit marron."


 

 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Eau et pesticides : la situation des Pays de la Loire

Les + Lus