Le Mans : Bernard Pivot, il tweete, il est

Publié le Mis à jour le
Écrit par Xavier Collombier (@xawa)
Pivot le roi de Twitter
Pivot le roi de Twitter © PHILIPPE JUSTE / MAXPPP

Bernard Pivot rencontre au Mans à la ruche numérique ses nombreux followers sur Twitter. Mais pourquoi diable l'homme d'Apostrophe s'est-il mis à Twitter ?

##fr3r_https_disabled##

ci-dessus la rencontre en vidéo de @Willy_colin avec @bernardpivot1



Ne lui parlez pas de Twittos

"Orthographe. Twiter ? Twitter ? Tweeter ? Tweetter ? Tweet ? Twit ? C’est à y perdre son latin, pardon son anglais !"



tweet 142
Les fans, les followers de @bernardpivot1 sont ce vendredi après-midi 172 290. Chaque jour, il fait quelques petit gazouillis sur la toile à hauteur de 140 caractères et ses petites maximes, ses aphorismes sont devenus légendaires. Au point de les compiler dans un livre "les tweets sont des chats". Mais attention pas question pour l'ancien animateur d'Apostrophe d'être devenu un Twittos.."Un twittos, pour désigner l'utilisateur de Twitter, je trouve ça ridicule. Comme twitta. C'est quelle langue ça? Ce n'est même pas de l'italien! Moi, je propose twitteur ou twitteuse." explique au Parisien le défenseur infatigable de la langue française.


Quel Twitteur est-il ?

En quelques tweets essayons de coucher @bernardpivot1 sur le divan numérique.




Pourquoi est il @bernardpivot1 ?
Il est venu comme cela sans tambour ni trompette après un Noël sur le réseau social. Au moment de choisir son avatar et son identité numérique @bernardpivot existait déjà, la machine lui a proposé @bernardpivot1 comme encore disponible. 
Aujourd'hui, tous les twittos ou pardon twitteur savent que c'est bien le vrai Pivot qui tweete chaque matin. Inutile pour lui de faire certifier son compte en bleu comme une vulgaire @nadine__morano, la vraie classe.



En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.