Pays de la Loire : le conducteur de car scolaire se fait rare

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Béranger
Pour Nadine Cottin, la journée démarre tôt...
Pour Nadine Cottin, la journée démarre tôt... © France 3 Pays de la Loire

D'ici 10 ans, 40% des conducteurs de cars scolaires partiront à la retraite. Il faut donc d'ores et déjà recruter les candidats de "demain".

La situation est tendue dans les entreprises de transport car elles peinent à recruter. 

Pourquoi les candidats manquent ?

  • Il faut accepter des horaires décalés et un emploi du temps morcelé.
  • Dans plus de 95% des cas, le recrutement se fait à temps partiel. : 20 à 30 heures par semaine.
  • En Pays de la Loire, 50% des conducteurs seulement sont à temps complet : en plus du transport scolaire, ils assurent des liaisons inter-urbaines et des voyages touristiques par autocar.
  • Points positifs : 90-95% des contrats sont à durée indéterminée et les conducteurs bénéficient des congés scolaires.

Quel profil pour les candidats ?

  • Une seule condition : avoir 21 ans au minimum et un permis B.
  • "Ce sont souvent des personnes en deuxième ou troisième partie de carrière", selon Claire Morille, déléguée régionale au sein de la Fédération des Transports de Voyageurs.
  • En Pays de la Loire, 45% des conducteurs sont des femmes.
  • Beaucoup exercent une profession en parallèle, il s'agit alors d'un complément d'activité.
  • Il n'existe pas de formation initiale, les gens se forment au cours de leur vie professionnelle, ce qui explique le peu de jeunes dans le métier.

A qui s'adresser pour devenir candidat ?

Chaque année, 150 conducteurs de cars sont recrutés et formés. Leur salaire ? Il est légèrement au-dessus du  SMIC.

En Pays de la Loire, 150 000 enfants empruntent au quotidien un car scolaire.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.