Nantes : démantèlement d'une filière de fausses cartes bleues, faux papiers et proxénétisme

© Bertrand Guay / AFP
© Bertrand Guay / AFP

Quatorze personnes, douze hommes et deux femmes, ont été interpellées lundi à Nantes dans deux enquêtes mêlées, une pour escroquerie en bande organisée et l'autre pour aide au séjour irrégulier et proxénétisme

Par Christophe Turgis

Dans cette affaire, le préjudice subi par le Groupement d'intérêt économique (GIE) français des cartes bancaires se monte à "environ 200.000 euros", soit le cumul d'achats effectués sur Nantes à l'aide de quelque 600 vrais numéros de carte bleue, en majorité américains, utilisés pour réencoder de fausses cartes, a indiqué Laurent Chavanne, le chef de la Sureté départementale de Nantes.

Après avoir interpellé en janvier 2013 plusieurs personnes qui utilisaient auprès de commerçants nantais des fausses cartes bleues, les policiers de la brigade financière de Nantes ont pris conscience qu'il s'agissait d'une "véritable filière, assez rare à un tel niveau en France", a-t-il ajouté.
Les achats portaient sur des bijoux, des meubles, de l'alcool et des cartes de paiement rechargeables permettant aussi des retraits en liquide. Les numéros de vraies carte bleue, pour encoder les fausses cartes, étaient notamment récupérés via un site internet spécialisé, a indiqué M. Chavanne.

La police aux frontières est également intervenue dans l'enquête du fait de la présence de Nigérians en situation irrégulière parmi les interpellés.
Cinq faux documents, dont trois fausses cartes de résident espagnol et deux faux passeports, "de bonne qualité", ont été saisis, a souligné le directeur départemental de la PAF, Marcel Gallais.

Les enquêteurs ont en outre découvert que le propriétaire d'un taxiphone originaire du Liberia, chez qui se rendaient une majorité des personnes impliquées, était cautionnaire d'une trentaine de logements sur Nantes, loués par des femmes nigérianes "connues pour proxénétisme sur la voie publique", a ajouté M. Chavanne. Cet homme dirigeait en outre une société de nettoyage qui lui permettait de fournir des faux bulletins de salaires à ces femmes.

Lors de l'opération menée lundi par quelques 25 enquêteurs, 14 personnes, âgées de 20 à 35 ans, ont été interpellés. Un homme, qui n'était pas recherché par les policiers, a sauté d'un 3ème étage lors de l'opération, se blessant suffisamment pour être hospitalisé, mais il a ensuite pris la fuite des services médicaux, a indiqué M. Chavanne.

Les personnes interpellées étaient en cours de présentation au magistrat mercredi en fin de matinée : trois demandes de mises en examen pour possession de faux document, trois autres pour possession d'articles achetés en fraude avaient été émises auprès du magistrat instructeur. Cinq personnes avaient été relâchées et trois étaient encore en garde à vue.

AFP

Sur le même sujet

Les + Lus