• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Angers : le corps de Sébastien Judalet rapatrié en France

Copie d'écran de l'article du Monde.fr "A Madagascar, la folle rumeur qui a mené trois hommes sur le bûcher" / © lemonde.fr
Copie d'écran de l'article du Monde.fr "A Madagascar, la folle rumeur qui a mené trois hommes sur le bûcher" / © lemonde.fr

Sa famille dans un communiqué publié ce soir se dit soulagée d'apprendre le retour du corps de Sébastien Judalet en fin d'après midi à Roissy

Par Christophe Turgis

Selon Me Salquain l'avocat de la famille, la date des obsèques sera fixée quand l’IML d’Évry sera en mesure de restituer à sa famille les restes mortuaires de Sébastien. Les obsèques se dérouleront aux Ponts-de-Cé dans le Maine-et-Loire dès que possible, à une date qui sera communiquée ultérieurement par la famille.

Le corps de Sébastien Judalet, Français âgé de 38 ans lynché à mort début octobre sur l'île de Nosy Be, à Madagascar, a été rapatrié en France.
Des gendarmes de la section de recherches de Paris, chargés de l'enquête française sur sa mort, étaient présents à l'arrivée du vol afin de procéder aux constatations d'usage. Le corps doit ensuite être transporté dans un hôpital francilien pour une autopsie.
Le tribunal d'Antananarivo a autorisé vendredi la levée du corps, dont les restes ont été identifiés et séparés de ceux des deux autres victimes du lynchage grâce à des tests ADN.

Ce conducteur de bus de la RATP était venu passer ses vacances sur l'île quand il a été pris à partie, le 3 octobre, par une foule déchaînée, avec un ami franco-italien et un Malgache. La population locale, qui les accusait d'avoir tué un enfant et les soupçonnait de pratiques pédophiles, les a roués de coups avant de les faire brûler sur une plage de la petite île.

La section de recherches de Paris a lavé M. Judalet de tout soupçon de pédophilie après avoir enquêté en France, interrogeant des proches et fouillant son domicile, son ordinateur comme ses échanges sur internet et les réseaux sociaux.
"Aucun élément confortant la rumeur de pédophilie ou de trafic d'organes d'enfant n'a été découvert", selon le parquet de Bobigny, qui a ouvert l'enquête française.


lire ici l'article de nos confrères Soren Seelow et Sébastien Hervieu du Monde.fr : A Madagascar, la folle rumeur qui a mené trois hommes sur le bûcher

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus