• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Conseil Général de Vendée : pas de crèche à Noël, décision contestée

Bruno Retailleau le sénateur et président du Conseil Général de Vendée. / © Franck Dubray / MAXPPP
Bruno Retailleau le sénateur et président du Conseil Général de Vendée. / © Franck Dubray / MAXPPP

Oui, le Conseil général de Vendée et son président, l'UMP Bruno Retailleau, appliqueront la décision de justice au nom de la loi de 1905 sur la séparation de l'église et de l'Etat, la crèche ne s'installera pas cette année. Mais la décision sera contestée "jusqu'au dernier recours".

Par Xavier Collombier

Décision appliquée....

Le tribunal administratif de Nantes, suite à une plainte du mouvement de la Libre Pensée, oblige au nom du respect du principe de laïcité le conseil général à démonter sa crèche installée à l'approche des fêtes.  

Bruno Retailleau, le président UMP du Conseil général de Vendée, dans un communiqué diffusé sur son blog, déclare vouloir faire appliquer la décision de justice. 

Maintenir la crèche, c’était entrer dans l’illégalité. Or un responsable public, et à plus forte raison un parlementaire chargé de faire la loi, ne peut pas donner l’exemple de la désobéissance civile.


..Mais

L'opposant farouche au Sénat de la Loi Taubira, ne désarme pas cependant contre une décision de justice qu'il qualifie "d'absurdité". Le conseil général usera de tous les recours possibles ,"Nous irons jusqu’au bout, devant le Conseil d’Etat et jusqu’à la Cour Européenne des Droits de l’Homme s’il le faut."

Pourquoi dans ce cas ne pas interdire la galette des rois à l’Elysée, et la croix occitane sur le logo de la mairie de Toulouse ?


Pour Bruno Retailleau, "le symbole de la crèche dépasse le symbole religieux. (..) la France est fragilisée par la crise et les Français tentés par le repli sur soi. Nos racines culturelles et nos traditions populaires sont aussi des liens sociaux qui nous maintiennent unis."

Une idée de Philippe de Villiers

Philippe de Villiers avec Vladimir Poutine à Yalta à la fin de l'été. / © ALEXEI NIKOLSKY / POOL / AFP
Philippe de Villiers avec Vladimir Poutine à Yalta à la fin de l'été. / © ALEXEI NIKOLSKY / POOL / AFP

C'est Philippe de Villiers qui avait en son temps fait entrer la crèche au Conseil Général. Il a été le plus virulent à réagir après la décision du tribunal administratif de Nantes. Dans un communiqué, cité par nos confrères de Ouest-France, il appelle à la résistance. 

La France est une vieille terre chrétienne. La crèche fait partie de son patrimoine, par-delà les croyances et les sensibilités. Pourquoi ne pas interdire les cloches ? Je récuse ce laïcisme totalitaire, qui est une forme de terreur moderne aux conséquences incalculables




A lire aussi

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus