• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Le Mans : destination privilégiée des étudiants chinois

Au Mans, ils sont presque 500 sur 10 000 étudiants. / © France 3
Au Mans, ils sont presque 500 sur 10 000 étudiants. / © France 3

"Chi Nie Hao", ça veut dire, bonne année en chinois. En Europe, le nouvel an chinois, c'est le 18 février, mais on a pris un peu d'avance, histoire de vous présenter les étudiants chinois, de plus en plus nombreux chez nous. Ici, ils découvrent une langue, une culture, et des études moins chères.

Par Pierre Lawless avec Claude Bouchet

Notre reportage

Les étudiants chinois au Mans

À quelques jours du nouvel an chinois, le mag est consacré aux étudiants chinois de l’Université du Mans. Ils représentent aujourd’hui la première communauté étrangère sur le campus alors qu’ils n’étaient qu’une poignée il y a encore quinze ans. 453 sont enregistrés cette année, soit presque 5% des effectifs globaux de cette faculté qui compte environ 10.000 étudiants. Le phénomène concerne aussi l’université publique d’Angers, proportionnellement dans une moindre mesure qu’au Mans avec 820 chinois sur 21.000 étudiants, et, plus modestement, Nantes (316 sur 34.000 étudiants).

Accueillir des étudiants étrangers

Venus de tout le pays, les étudiants chinois trouvent au Mans une faculté à taille humaine, et notamment des cours intensifs de français qui leur apprennent aussi une nouvelle pédagogie d’enseignement. Ensuite, la plupart suivent des cours en économie, langues, ou en sciences, au même tarif qu’un étudiant français, ce qui constitue un des points d’attraits pour des Chinois qui ne peuvent pas toujours "s’offrir" des universités anglo-saxonnes. Certains parviennent même à décrocher une mention. Ensuite, ils repartent dans leurs pays, et pour certains intègrent des sociétés internationales ou franco-chinoises.

Un autre atout de la Sarthe est l’association Esem 72 . Ou des Sarthois ouvrent leurs portes aux étudiants chinois et étrangers pour leur faire découvrir les coulisses d’une famille française. C’est le cas de Monique et François Marronnier qui nous expliquent ce "parrainage".

 

Sur le même sujet

Vendée : le Roller-derby

Les + Lus