Cet article date de plus de 6 ans

A 831 : la polémique enfle après les propos de Ségolène Royal sur le projet d'autoroute

"Ça m'étonnerait beaucoup que l'autoroute A-831 soit construite", autoroute qui doit relier Fontenay-le-Conte en Vendée à Rochefort en Charente-Maritime, la ministre de l'environnement et ancien présidente du conseil régional de Poirtou-Charente y est fermement opposée
"Les choses sont très simples. Les règles s'appliquent à tous. Je suis garante de l'application du code de l'environnement. Ça m'étonnerait beaucoup que
l'autoroute dans le marais
(poitevin, NDLR) soit construite, ça m'étonnerait beaucoup", a déclaré la ministre sur BFMTV/RMC.
Le Premier ministre, Manuel Valls, a annoncé le 1er mars le lancement d'un nouvel appel à candidatures d'entreprises et indiqué qu'il soumettrait "prochainement" au Conseil d'État un décret visant à la prorogation de la déclaration d'utilité publique du projet d'autoroute, qui doit venir à échéance le 12 juillet.
"On est dans le cadre des règles existantes", a commenté la ministre, soulignant que "l'autorisation (de construire) n'est même pas délivrée".

En juillet 2014, Mme Royal, ancienne présidente du conseil régional de Poitou-Charentes, s'était opposée au projet de l'A-831 et avait refusé de lancer le dossier de consultation des entreprises sur cette autoroute d'une soixantaine de kilomètres.
La ministre avait mis en avant des motifs liés aux difficultés de financement du projet et à la protection de l'environnement, arguant notamment des "conséquences de la traversée (par l'A-831) du Marais poitevin", parc naturel régional. Elle soulignait en particulier la nécessité de réaliser des "études d'incidence loi sur l'eau et espèces protégées".


Une attitude exaspérante de la Ministre

Jacques Auxiette, le président PS du conseil régional des Pays de la Loire dénonce "une attitude exaspérante de la Ministre qui ne songe visiblement qu'à sa communication personnelle dans une période où l’on attend du Gouvernement de la cohésion, de la cohérence et de la constance. Les Français n'en peuvent plus de voir ces querelles qui fragilisent la parole publique, décrédibilisent les élus et affaiblissent l'Etat".
Concernant le projet d'autoroute, Jacques Auxiette précise que "ce projet a donné lieu à une expertise environnementale exceptionnelle dont les préconisations ont été intégrées au cahier des charges. Ségolène Royal fait semblant d'ignorer aussi que la construction de cette autoroute est intégrée à la charte du Parc du Marais Poitevin. Et elle fait une nouvelle fois fi des enjeux économiques et du développement humain. En adoptant de façon démagogique une posture d'opposante systématique, Ségolène Royal se range du côté de ceux qui mettent la France à l'arrêt, alors que l'on attend d'une ministre qu'elle soutienne le développement et l'activité".
En guise de conclusion, Jacques Auxiette rappelle à Ségolène Royal "que dans développement durable, il y a
développement
" !


Une querelle d'égos au détriment de la Vendée

Bruno Retailleau,sénateur et président UMP du conseil général de la Vendée, n'est pas en reste : "cette guéguerre entre le Premier Ministre et sa ministre de l'Environnement n'est malheureusement pas une première. Déjà l'été dernier, nous avions été pris en otage dans cette querelle d'égos qui n'est vraiment pas au niveau, et qui témoigne d'un amateurisme affligeant".
"Derrière cette comédie politique une véritable tragédie économique : celle du sud Vendée qui attend désespérément que le Gouvernement le soutienne dans son combat contre la crise".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique transports aménagement du territoire