Cet article date de plus de 6 ans

Yemen : le message de l'otage angevine Isabelle Prime

L'Angevine Isabelle Prime a été enlevée au Yemen le 24 février dernier en compagnie de son interprète. Chérine Makkaoui a été discrètement libérée depuis et livre le message que lui a laissé Isabelle Prime.
Isabelle Prime, à droite, et son interprète (2ème en partant de la droite) ont été enlevées mardi 24 février 2015 à Sanaa au Yemen
Isabelle Prime, à droite, et son interprète (2ème en partant de la droite) ont été enlevées mardi 24 février 2015 à Sanaa au Yemen © Francetv Info
Chérine Makkaoui, l'interprète d'Isabelle Prime, a été libérée il y a trois semaines en toute discrétion.
A nos  confrères de Ouest-France qui ont pu entrer en contact avec elle, la jeune femme dit avoir vécu une "détention difficile" laissant entrevoir de "mauvais traitements".

Elle raconte également : "Au bout de deux semaines de détention, une nuit, on m’a placée dans une autre cellule moins saine. Isabelle m’a alors remis un message. Il est destiné à son père, à sa famille, à ses amis, à ses collègues, et à tous ceux qu’elle aime."

Dans ce message, Isabelle Prime dit "qu’elle adore son père et qu’elle n’a pas mauvaise conscience [ndlr : concernant le fait d’être restée au Yémen malgré un rappel de la France] car elle a décidé de suivre son cœur et d’être en accord avec les valeurs que son père lui a transmises. Elle a dit aussi que son travail était important dans ce pays, et qu’elle croit en la force du peuple yéménite."

Isabelle Prime est aujourd'hui la dernière otage française détenue dans le monde.
Issue d'une famille de Châteaubriant en Loire-Atlantique, la jeune femme, née en mai 1984, a ensuite grandi et suivi la majeure partie de sa scolarité à Angers (Maine-et-Loire). 

La jeune femme et son interprète yéménite ont été enlevées le 24 février dernier  à Saana au Yemen où Isabelle Prime travaillait comme consultante spécialisée en développement durable et en communication pour Ayala Consulting, une entreprise basée en Equateur et en Floride aux Etats-Unis.
Elle travaillait au Yemen depuis un an et devait quitter le pays sous peu.




Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers société monde