Aéroport de Nantes : un vol détourné sur Nantes à cause de cinq passagers anglais ivres

Publié le
Écrit par Sandrine Gadet

Un vol Ryanair qui effectuait la ligne Manchester-Faro (Portugal) a dû faire une escale imprévue à Nantes, ce lundi 16 mai, dans la soirée. En cause, des passagers ivres ont malmené une autre voyageuse. Ils ont été débarqués.

L'ivresse des hauteurs n'est pas la seule en cause.

Apparemment les passagers avaient commencé à siroter de la vodka et des alcools forts avant même d'embarquer à Manchester. C'est ce que nous a confié  le commandant de police Pierre-Yves Collin, adjoint au directeur interdépartemental de la police aux frontières de Nantes.

Lundi soir, vers 19h30, le vol entre le nord de l'Angleterre et le sud du Portugal a donc été dérouté, sur Nantes, une heure environ après son décollage, "suite à l'agression d'une passagère par d'autres passagers. Au final, il n'y a pas eu de dépôt de plainte, la personne qui avait signalé avoir été malmenée a pu reprendre son vol", a aussi précisé le commandant de la PAF.

"Par contre, poursuit-il, les cinq Anglais, qui étaient en ivresse manifeste assez conséquente, ont été débarqués car ils mettaient le bazar dans l'avion". 

Les cinq passagers incriminés, trois femmes et deux hommes, âgés de 24 à 36 ans, toujours ivres à la sortie de l'avion ont été placés en cellule de dégrisement au commissariat de Nantes après un passage au CHU certifiant leur état.

"Des personnes alcoolisées qui s'en prennent aux passagers sont susceptibles de mettre en danger un vol, si les personnes sont très excitées, ça peut déséquilibrer l'avion ", a encore précisé M. Collin tout en ajoutant que ce phénomène était assez rare.

"On l'a déjà vu, cela a pu arriver sur des vols de supporters, ou plus sur des longs courriers..." 

Pas sûr que la compagnie Ryanair porte plainte contre ces voyageurs dans la mesure où, vu leur état, ils n'auraient même pas dû avoir l'autorisation d'embarquer.

En revanche, il y a de forte chance que les noms de ces voyageurs soient désormais blacklistés et qu'il ne puissent plus jamais reprendre un vol de la compagnie. "Boire ou voler...il faut choisir" conclut malicieusement le policier.