• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Agriculteurs en colère : “mercredi noir” en perspective sur les routes de l'Ouest, suivez la circulation en temps réel

La circulation devrait être extrêmement difficile mercredi sur les principales routes de l'Ouest, les agriculteurs ayant prévu une nouvelle journée de barrages
pour "crier leur détresse", avant une table ronde à la préfecture de la région Bretagne, jeudi à Rennes.

Par FB avec AFP

Dans les Pays de la Loire, les cinq départements de la région sont également concernés par la mobilisation. Dans le Sarthe, la FDSEA et les JA ont prévu deux points de rassemblement au nord et au sud du Mans, avant un rassemblement au centre-ville.

En Ille-et-Vilaine, les cinq routes nationales à voies rapides reliant Rennes à Lorient (RN 24), Brest (RN 12), Châteaulin (RN 164), Laval (RN 157), Saint-Malo et Nantes (RN 167) devraient être coupées en début d'après-midi. Tout comme l'autoroute A 84 reliant Rennes à Caen.

Dans les Côtes-d'Armor, les syndicats FDSEA et JA ont prévu de bloquer dès le milieu de la matinée la RN 12 à hauteur de Plouaret. Trois autres barrages viendront s'y ajouter à Guingamp, Hillion et Tramain.

La manifestation régionale sera relayée dans le Morbihan, avec des blocages durant la journée à Ploërmel et Baud (RN 24), Pontivy (D 768), Plouay (D 769, Auray et Arzal  (RN 165).
A Arzal, la RN 165 Nantes-Brest était déjà coupée mardi en fin d'après-midi.

Dans le Finistère, des actions sont annoncées mercredi à partir de la fin de la matinée autour de Brest, Morlaix, Quimper, Châteaulin et Quimperlé.

Dans le Calvados, la Manche et l'Orne, les responsables agricoles ont annoncé des blocages à partir de 11H00, notamment sur l'A 84 et l'A 13 près de Caen. L'A 28 devrait aussi être affectée avec un barrage à hauteur de l'échangeur nord d'Alençon.
Des actions "importantes" sont aussi annoncées dans l'Eure et la Seine-Maritime.

Les manifestations pourraient toucher aussi le Massif central, où des agriculteurs, toutes filières confondues, ont déjà mené mardi une série d'actions.
Les agriculteurs de l'Ouest avaient relancé la semaine dernière leurs actions, notamment de nombreux blocages de route, afin d'obtenir des mesures pour faire face aux cours très bas auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation.

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé mardi que le plan de soutien à l'élevage bovin, porcin et laitier de 700 millions d'euros, lancé l'été dernier, serait augmenté de 125 millions.



A lire aussi

Sur le même sujet

Hellfest 2019 : gros plan sur les secours au festival

Les + Lus