CARTE. Logement : Quelle surface peut-on acheter avec 250 000 euros dans les Pays de la Loire ?

Publié le
Écrit par Virginie Charbonneau, Murielle Dreux et Marthe Aubineau
Dimanche en Politique sur le logement dans les Pays de la Loire ©France Télévisions

Que l'on habite le littoral, la ville ou la campagne, le prix du logement est majoritairement en hausse dans les Pays de la Loire. Cette semaine Dimanche en Politique se penche sur le marché de l'immobilier : Comment accéder à la propriété ? Comment se loger dans des zones tendues ? C'est à voir ce dimanche 25 septembre à 11h30.

Les Pays de la Loire sont après la Bretagne, la région à avoir le plus fort taux de propriétaires : 64% des foyers des Pays de la Loire habitent un logement qu’ils ont acheté, contre 58% pour la moyenne française.

Mais ce rêve a un prix, de plus en plus inaccessible dans les grandes villes et le littoral où les prix sont en constante hausse depuis 20 ans.

Nantes a vu ses prix augmenter de 5,8% en moyenne en un an, Angers de 13% !

Résultat : avec 250 000€, on ne peut acheter « que » 62m2 à Nantes, 75m2 à Angers… Et seulement 38m2 à La Baule, ville la plus chère de la région.

durée de la vidéo: 01 min 19
Quelles surfaces peut-on acheter dans nos villes avec 250 000 euros ? 252m2 à Mamers mais 38m2 à La Baule. ©France Télévisions

Carte interactive : prix au m2

Carte interactive : Quelle surface pour 250 000 euros ?

La situation est particulièrement critique sur le littoral : à Pornichet, les prix ont augmenté de 30% en 6 mois ! "Des prix complètement irrationnels" explique Loïc Cantin, président régional de la FNAIM, la Fédération Nationale de l'Immobilier.

Face à cette inflation, les communes tentent de trouver des solutions pour permettre aux ménages modestes d’accéder eux aussi à la propriété : charte d’engagement auprès des promoteurs à Angers, surtaxe d’habitation pour les résidences secondaires aux Sables d’Olonne ou à La Baule, bail réel solidaire à Pornichet (les ménages n’achètent que la maison, pas le terrain)

durée de la vidéo: 03 min 18
La situation est particulièrement critique pour se loger sur la côte ©J. Poirier/C. François/C. Landreau/France Télévisions

Trouver du foncier disponible, c’est souvent le plus difficile dans les zones tendues. D’autant que la loi objectif "Zéro artificialisation", destinée à ralentir l’étalement urbain d’ici 2030, puis l’interdire,  va limiter les possibilités de nouveaux terrains constructibles.  Cela va entrainer une densification des communes.

"À Nantes notamment, une maison vaut désormais plus chère une fois abattue, pour construire une résidence, que vendue dans son état" explique Loïc Cantin

Le coût du foncier a augmenté de 1200% en 15 ans !

Loïc Cantin

président régional de la FNAIM, Fédération Nationale de l'Immobilier

Et le marché immobilier déjà tendu va l’être plus encore d’ici 2 ans… Car une partie des logements ne pourront plus être loués. Tous ceux encore classés G dans les diagnostics de performance énergétique… 

C’est un bienfait pour éviter les passoires énergétiques mais les syndics et professionnels de l’immobilier estiment que la mesure a été imposée trop rapidement, sans laisser le temps aux propriétaires d’effectuer les travaux. Sans que certains aussi aient les moyens d’effectuer les travaux "

Impossible de louer des logements classés G dans les diagnostics ©J. Armand/L. Striano/M. Zadunaisky/France Télévisions

Au final, face aux prix immobiliers qui restent élevés… Aux normes qui évoluent, aux taux d’emprunt et taxes foncières qui augmentent… Une question se pose : est-il toujours intéressant de devenir propriétaire de sa résidence principale ?

Oui, affirme Thomas Lefebvre, de meilleurstaux.com : "quand on devient propriétaire, on s’endette pour se constituer un capital. Même à Nantes ou Angers où les prix ont beaucoup augmenté, je perds moins d’argent en achetant qu’en louant".

"C’est toujours intéressant d’acheter dans ce contexte", confirme Loïc Cantin, "car les taux d’intérêt même s’ils augmentent, restent beaucoup moins importants qu’il y a quelques années. Dans les années 80, ils atteignaient 18% !"

Reste à trouver le bien dont on rêve ou que l’on peut se permettre d’acheter dans un contexte de hausse de prix qui devrait se ralentir. "Nous devrions bientôt atteindre un plafond dans la région" pronostique Loïc Cantin.

►Dimanche en Politique, logement : toujours plus cher ? c'est à voir ce dimanche 25 septembre à 11h30 et en replay sur france.tv 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité