Christelle Morançais dans "le gouvernement fantôme" de Laurent Wauquiez

Publié le Mis à jour le

Christelle Morançais, la présidente du conseil régional des Pays de la Loire, vient de rejoindre l'équipe de campagne de Laurent Wauquiez.
Ce "gouvernement fantôme" est chargé de préparer l'élection présidentielle chez les Républicains. Christelle Morançais s'occupera de l'économie.

En anglais, on l'appelle le "shadow cabinet", le "gouvernement fantôme" . Celui de Laurent Wauquiez, le président des Républicains, est composé de 34 membres, dont Christelle Morançais, la présidente de la région.



Jointe par téléphone, le présidente de la région Pays de la Loire affirme qu'elle a accepté cette proposition pour participer à la refondation de la droite et aux débat d'idées en vue de l'élection présidentielle.



Dans ce "gouvernement fantôme", chacun va travailler sur un thème particulier. Christelle Morançais , elle, est en charge de l'économie.



Et elle explique que "c'est son profil d'ancienne chef d'entreprise qui a séduit le patron des Républicains." Elle veut un programme plus libéral et estime notamment "qu'il est impossible d'augmenter le SMIC de 20%, comme certains le réclament à droite" et "qu'il faut donner encore plus de souplesse aux entreprises".



Dès demain, elle va consulter des chefs d'entreprises et les syndicats patronaux et ensuite faire une série de propositions au patron des Républicains.



                                                        

"Des propos que je ne partage pas"





Le président des Républicains est un patron très clivant, dont les prises de position choquent régulièrement, y compris sa famille politique. Opposant à la procréation médicalement assistée, Laurent Wauquiez a déclaré il y a quelques jours "qu'elle mènerait à la marchandisation des gamètes et donc à l'eugénisme".



Le président des Républicains n'a pas hésité à faire une comparaison avec le régime nazi.



Ces phrases "je les regrette" nous dit Christelle Morançais, "ce sont des propos que je ne partage pas et je l'ai dit à Laurent Wauquiez".



Pour autant, elle reste à ses côtés pour rassembler sa famille politique. "Je m'investis à fond, je m'engage mais je me sens très libre" affirme Christelle Morançais. "Je partirai", dit-elle, "quand la ligne politique du gouvernement fantôme de Laurent Wauquiez ne me conviendra plus".





Pour aller plus loin



Nous avons recueilli la réaction de Franck Louvrier, vice-président à la Région Pays de la Loire aux propos tenus par Laurent Wauquiez devant l'assemblée de "Sens Commun" et aussi sur le rôle que pourrait tenir la présidente de la Région dans le "cabinet fantôme" de l'opposition LR.

 Autre réaction, celle de Christophe Clergeau, le chef de file des socialistes au conseil régional des Pays de la Loire, que nous avons joint par téléphone ce vendredi :
  • "Je trouve paradoxal de confier le porte-feuille de l'économie (dans un cabinet fantôme, ndlr) à la présidente de la Région alors que les crédits attribués à la recherche, au développement et à l'innovation ont été considérablement réduits depuis son arrivée à la tête de l'exécutif régional".
  • "Quelle sera l'action de Christelle Morançais au plan national ? Un mélange de libéralisme bête et d'immobilisme conservateur".
  • "L'avenir de l'économie dépend de l'investissement productif, de l'innovation et des compétences humaines, toute la stratégie qui vise à faire de l'économie low-cost est perdante".
  • "Christelle Morançais est une femme de terrain, une femme de pouvoir mais je ne vois pas en quoi elle est une femme de projet capable de porter une vision".


 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité