Coronavirus : Loire-Atlantique, Vendée, Maine-et Loire...876 300 jeunes privés d'école

Le ministre de l'Education nationale l'a annoncé ce vendredi matin 13 mars, les établissements scolaires et les universités seront fermés dès lundi, au moins pendant quinze jours. 876 000 jeunes sont priés de rester chez eux en Pays de la Loire.

La rentrée à Joué-sur-Erdre le 25 août 2016
La rentrée à Joué-sur-Erdre le 25 août 2016 © Christophe Turgis
"Ce ne sont pas des vacances étendues, au contraire." Interrogé sur France Inter, le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, a insisté ce vendredi 13 mars sur la fermeture des écoles, qui ne sont "pas des vacances". Si "tous les scénarios sont envisagés, ni le baccalauréat, ni les concours de grandes écoles ne devraient être annulés".
Chaque parent d'élève va recevoir des identifiants pour le dispositif "ma classe à la maison""Je ne veux qu'aucun élève ne reste sur le côté du chemin", a assuré le ministre. "Le but n'est pas d'être devant un écran", des guides et consignes vont être données dans les prochaines heures, a ajouté le ministre de l'Education nationale.

"Quelle valeur aura notre bac?"


"On ne s'y attendaient vraiment pas. Hier on étaient tous devant la télé. Tout le monde a  été surpris. Après, on va voir. Tous les lycéens sont conviés par le proviseur en fin de matinée dans l'auditorium pour nous expliquer comment on va faire. On a des épreuves de bac dans un peu plus d'une semaine. Je suis un peu inquiet. Moi c'est ma deuxième terminale et il y a eu les réformes du bac. On ne sait pas trop comment ça va se passer. Et puis quelle valeur aura le bac si on le donne à cause du coronavirus? On sera un peu la génération "ils n'ont pas travaillé mais ils ont le bac quand même". Notre diplôme n'aura ni valeur, ni reconnaissance. En plus on est en plein parcoursup, on est tous dans le flou", se désole un élève de terminale du lycée nantais Nelson Mandela.

"Notre diplôme ne vaudra rien sur le marché du travail"


"Les profs essaient de trouver des moyens pour faire des visioconfèrences. Ça marche déjà dans les écoles privées. Par emails aussi, on peut s'envoyer les cours. Ils essaient de nous rassurer au maximum. Moi, je ne suis pas vraiment inquiet mais bon, c'est pas le cas de tout le monde. Par contre si les épreuves du bac et le bac sont repoussés, on se dit que notre diplôme ne vaudra plus rien sur le marché du travail. Je ne sais pa si c'est une sage décision de fermer les lycées moi je suis un peu déçu. Si c'est le seul moyen de préserver notre santé on trouvera des solutions pour avoir cours quand même", témoigne cet autre élève de terminale.

"Je commence à être inquiète"

"Je ne me rends pas vraiment compte. pour moi, c'est un peu excessif. Peut-être que ça peut éviter la propagation rapide du virus. Je ne ssais pas trop. Je pense que ça va être compliqué pour le bac. Nos professeurs parlent de six semaines de fermeture au minimum. On verra ce que ça donne. Nos professeurs nous on dit qu'ils allaient nous envoyer des cours par internet et qu'on devra travailler chez nous. Au début je pensais que le gouvernement ne ferait pas comme en Italie, là je commence un peu à être inquiéte", ajoute Léa.

Se pose déjà la question des élèves connectés ou pas à internet. Quels sont les élèves qui ont un ordinateur personnel? Parce qu'un ordinateur familial c'est bien, mais si dans une fratrie de quatre enfants, tous sont encore scolarisés, comment on fait? Il y a aussi la question des feuilles à photocopier, des cours à distribuer, ça il y a les moyens pour le faire. Mais il y a aussi et surtout la nécéssité de garantir l'égalité scolaire sur tout le territoire afin que les classes défavorisées ne soient pas les plus touchées par ce fonctionnement. En tout cas jamais l'enseignement à distance ne remplacera le présentiel. Une classe c'est une somme d'individus avec parfois pour certains des difficultés. Nous ce qu'on attend c'est qu'il sorte de cette crise sanitaire des engagements politiques économiques et sociaux-Bernard Valin, professeurdélégué syndical FSU 44

 

876 300 jeunes concernés


Dans l'académie de Nantes où vivent 3,7 millions d'habitants, 386 800 écoliers, 197 400 collègiens, 125 400 lycéens, 135 000 étudiants et 31 700 apprentis sont concernés.

Selon les nouvelles données de l'Agence régionale de santé (ARS), 42 cas étaient confirmés dans les pays de la Loire ce jeudi 12 mars. 34 cas étaient recensés la veille.

La Loire-Atlantique compte trois cas supplémentaires, soit un total de 15 cas. Les départements du Maine-et-Loire, de la Sarthe comptent chacun trois cas supplémentaires pour un total de dix cas pour chaque département. La Mayenne reste à deux cas. La Vendée compte toujours cinq cas confirmés de coronavirus.

Les Pays de la Loire font partie des 2 à 3 régions françaises les plus faiblement touchées.


61 morts et 2876 cas. En France, 61 personnes sont mortes depuis le début de l'épidémie et 2 876 cas de coronavirus Covid-19 ont été diagnostiqués, selon le bilan du jour communiqué par la Direction générale de la Santé, jeudi 12 mars. Au total, 129 personnes se trouvent dans un état grave "nécessitant une réanimation", précise la direction générale de la Santé dans un communiqué. "Le virus circule désormais activement dans plusieurs zones du territoire national, l'épidémie s'amplifie en France", ajoute le communiqué de la direction générale de la Santé.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société éducation université