Coronavirus : la fausse bonne idée des masques en tissu système D !

Les pharmacies affichant un manque de masques disponibles pour se protéger du coronavirus, de nombreuses personnes se sont mises à fabriquer des masques façon système D, on trouve des "tutos" sur les réseaux sociaux par dizaines, selon les spécialistes, ces masques ne sont pas fiables.

© France Télévisions Olivier Quentin
Est-ce l'ennui lié au confinement, la volonté de ne pas être contaminant pour les autres, beaucoup de personnes cherchent une solution pour fabriquer un masque à porter devant la bouche ou le nez. Le système D fonctionne à plein !

Tissu, papier, toutes les recettes semblent bonnes à prendre. Tout le monde y va de sa solution, individus et même médias, sur les réseaux sociaux.
Sauf que, si fabriquer son masque procède d'une volonté de bien faire, l'efficacité de l'objet réalisé reste à démontrer !
 

Une fausse bonne idée, dit le spécialiste

Une fausse bonne idée finalement, dit le professeur de santé publique à la faculté de médecine Pierre et Marie Curie à Paris, Pascal Astagneau. En bon spécialiste des questions d'hygiène, il craint que ces masques aient un effet "contre-productif".

"Un masque se change normalement toutes les trois ou quatre heures et, au bout d'un moment, s'humidifie, est souillé, contaminé et ne remplit plus sa fonction. Un masque en tissu ne peut remplir ces fonctions d'absorption et de protection de celui ou de celle qui le porte".

À Nantes, interrogés sur ce sujet les spécialistes de l'Agence Régionale de Santé font la même réponse ! Se basant sur un travail des hygiénistes, les médecins sont sceptiques quant à leur efficacité. "Ça peut être faussement rassurant" ont-il dit.

Au mieux, le masque va empêcher la personne qui le porte de "postillonner"! Si cette personne est malade, alors effectivement, ce masque peut contribuer à limiter les projections. Sans certitude que le tissu empêchera vraiment leur franchissement ! Et si le porteur du masque n'est pas malade, il le portera... en vain ! Et l'image qu'il véhicule risque bien de se retourner contre lui ! 
Des masques de type FFP2, la norme de l'Union européenne choisie par l'Etat français, composé d'une couche de viscose et d'un matériau isolant chargé électrostatiquement
Des masques de type FFP2, la norme de l'Union européenne choisie par l'Etat français, composé d'une couche de viscose et d'un matériau isolant chargé électrostatiquement © Fred Dufour /AFP

 

Efficacité à démontrer pour le système D

La Société française d’hygiène hospitalière, par la voix du professeur Didier Lepelletier, indique qu'il faut "éviter d'utiliser d’autres types d’écrans à la place des masques chirurgicaux (ex. masques en tissu, masques en papier, chiffons noués derrière la tête) du fait de données scientifiques concernant leur efficacité (étanchéité) très rares".

Il convient donc de rationaliser l'usage des masques. Les personnels médicaux en ont assurément besoin, les malades déclarés aussi.
Pour les autres,  il faut bien être conscient que des masques "faits maison" n'apporteront aucune garantie de protection pour ceux qui les portent, comme pour ceux qui croiseraient le porteur d'un tel dispositif... "exotique" !

À côté ou en marge des recommandation des sommités médicales, la page facebook de l'ICM (Institut du Cancer de Montpellier), a lancé un appel aux personnes sachant coudre pour... fabriquer des masque ! Attention, on ne fait pas n'importe quoi, on trouve dans cet appel, la liste des matériaux néscessaires ainsi qu'un patron pour procéder à une confection qui donnera un résultat optimal !

Et si vous persévérez dans l'usage du masque système D, pensez à le laver souvent. Le coronavirus semble ne pas apprécier la lessive !
Comment le virus se transmet-il ?
Il faut le dire et le redire, le coronavirus de type Covid-19 ne voyage pas tout seul ! Il a besoin de nous pour vivre, se reproduire et contaminer de nouvelles personnes !

Le virus se transmet soit par l’inhalation de gouttelettes d’eau, émises par exemple par les postillons ou la toux des malades, soit (et surtout) par le contact, avec de la monnaie, une poignée de porte, un aliment, etc, ou encore par une main amenée à toucher une des trois portes d’accès à notre organisme : la bouche, le nez, les yeux.

Quelques conseils :
Il faut garder une bonne distance avec notre ou nos interlocuteurs, pas de poignées de mains, pas d'embrassades, pas d'accolades, c'est la distanciation sociale.

Ensuite l'hygiène personnelle, il faut apprendre à ne pas toucher notre visage en dehors de chez soi, et de retour à la maison, et seulement après un lavage de mains soigneux avec du savon. Et ne pensez pas être protégé par des gants, eux aussi transportent les virus !
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société