Coronavirus : le temps nouveau du télétravail, quelques conseils pour ce qui est devenu (pour beaucoup) un quotidien

Le covid-19 a déjà changé notre rapport au télétravail quand cette solution est possible / © Florian Salesse / MAXPPP
Le covid-19 a déjà changé notre rapport au télétravail quand cette solution est possible / © Florian Salesse / MAXPPP

Le télétravail est devenu depuis le début du confinement une nécessité pour nombre de personnes, une manière de travailler supplémentaire qui ne va pas sans poser de nouvelles conditions d'organisation pour les télétravailleurs et pour les entreprises.

Par Christophe Turgis

Le télétravail n'est pas une nouveauté en soi. Il est apparu avec les nouvelles technologies de l'information. Bien évidemment, il n'est possible que pour les personnes travaillant essentiellement sur des tâches dématérialisées. 

Télétravailler a souvent commencé à être imaginé dans les entreprises, pour limiter par exemple les déplacements domicile travail, et dans nombre de sociétés, des accords étaient en cours de négociation avec les partenaires sociaux. Posant la question des assurances, de la sécurité au travail, de la santé au travail.

En quelques jours tout a changé, avec la crise du covid-19, il a fallu faire vite ! Très vite ! Brutalement le télétravail n'était plus une option, mais une nécessité à la poursuite de l'activité.
 

Quelques conseils

Il y a d'abord les aspects personnels liés au télétravail, organiser sa journée, le lieu chez soi d'où l'on va pouvoir travailler à distance.

Myriam Mahé-Chartier, ingénieure de recherche en informatique, donne ce petit conseil qui, mine de rien, contribuera à créer une meilleure ambiance en ces temps d'adaptation rapide : "lorsque vous voulez vous mettre au travail à distance, préparez-vous comme pour aller travailler à l’extérieur, habillez-vous, et mesdames maquillez-vous, et surtout, gardez le sourire !"
 
En ces temps de confinement, télétravailler avec des enfants à la maison est difficile, pour le télétravailleur comme pour... les enfants eux-mêmes ! Chacun devra trouver sa place et le moment de la journée selon les besoins d'activité ou de repos des uns et des autres.

Si ce télétravail est quelque chose de nouveau, il faut choisir une table et surtout un siège permettant une posture tenable durant la période à venir. La tablette posée sur les genoux dans le canapé ne peut pas être une solution tenable !
 

Les outils

Un ordi et les logiciels qui vont avec au travail ou à la maison restent identiques. Ce qui va changer, ce sont les outils de transmission des informations rapides. Dans une équipe, entre les personnes.
La création d'un groupe Whatsapp par exemple permet une communication instantanée et disponible pour les participants. Attention à ne pas surcharger en messages, ni de trop les croiser !

Les systèmes de visio-conférence permettent des échanges plus rapides. On se parle à distance comme on se parle au bureau. Si l'entreprise en dispose, il suffit d'une seule personne au siège pour organiser la réunion, chacun des participants disposant d'un ordi avec webcam.

Autre solutions des applications comme FaceTime, Skype, permettent d'organiser simplement des petits groupes en visio-conférence.

Dans tous les cas, privilégier, le casque ou les oreillettes de type smartphone, leur micro captera moins les bruits périphériques... comme à la maison... si papa fait nounou !
 

Les logiciels collaboratifs à distance

Speechi, qui travaille sur les systèmes collaboratifs d'élaboration de projets à distance, a déjà débroussaillé le terrain, en repérant des solutions de travail originales et performantes. Vous n'imaginez pas ce que l'on peut faire à distance. Le "paperboard et le véléda" sont d'un autre siècle !

Trello, Kantree et Wrike sont des solutions collaboratives de télétravail pour petites structures.
 

La protection du réseau

Télétravailler semble donc simple, un ordi ou une tablette, un petit coin tranquille chez soi et puis, patatras ! De quel niveau de sécurité dispose votre connexion internet ?

Pour les applications de type traitement de texte, tableur, leur transfert par e-mail ne pose pas de problème particulier. Mais, si l'entreprise dispose de logiciels qui lui sont propres et qui fonctionnent habituellement en réseau interne, nos connexions personnelles dites "publiques" ne présentent pas un niveau de sécurité suffisant. Il faudra établir des "tunnels internet" !

Des connexions étanches de type VPN (réseau privé virtuel) pour que l'ordinateur reste parfaitement isolé des tentatives d'intrusion qui ne vont pas manquer de survenir.

Franz Jarry, d’ADN Ouest, met les entreprises en garde, "des personnes malveillantes peuvent en profiter en envoyant des mails frauduleux, en se faisant passer pour un des salariés. Dans ces mails, accompagnés de pièces jointes, se trouvent des virus. En l’ouvrant, des logiciels peuvent s’installer sur votre ordinateur personnel. Si vous travaillez sur un réseau public, le virus se propagera aussi dans le réseau de l’entreprise."

Pour être parfaitement en sécurité, il sera nécessaire d'utiliser un ordinateur dédié. Dans ce cas, cet ordi ne sera pas la machine personnelle du salarié, mais une machine configurée et réservée au travail de l'entreprise.
 

Le mal de dos ?

Il faut bien en parler aussi ! Tous les spécialistes de la santé au travail vous le diront, le travail à distance, en espace de coworking ou à la maison, permet une meilleure efficience du télétravailleur. On est dans sa bulle, moins dérangé par les interactions des collègues, et le temps file vite ! Et là c'est le drame !

Nos dos ne supportent pas la posture assise indéfiniment ! La nature nous a fait naître marcheurs cueilleurs. Alors il nous faut bouger, et souvent. Pas facile par temps de confinement strict ! On peut toujours descendre faire le tour du pâté de maisons ! Descendre, tiens donc, par l'escalier, pas par l'ascenseur, et remonter, de la même manière !

Si votre dos était déjà un peu fatigué avant le confinement, attention, vous trouverez sur le web des sites, des tutoriels, pour apprendre à vous décontracter, ou mieux encore décontracturer ce rachis douloureux. Mais attention, impossible d'en recommander un, mal interprété vous risquez d'aggraver la situation !

"Nous ne sommes pas Japonais," indique Franck G, le kiné préféré de l'auteur de ces lignes, "ils ont 50 ans d'avance sur nous avec des pratiques collectives de gymnastique de relaxation comme le Tai-chi ! Mais là encore ne pas improviser !"

Toujours privilégier les méthodes douces, et surtout, surtout, ne jamais forcer. Le bout des doigts ne touche plus le bout de vos orteils ? Pas grave, l'essentiel est d'avoir essayé, sans se faire mal !

Les plus sages d'entre nous pratiquerons le Gotta Joga, des applications payantes sont souvent gratuites ce moment.

Mieux encore la méditation ! Pas de risque physique, une application comme "Petit Bambou", avec ses 4 millions d'inscrits pratiquants, semble faire l'unanimité.

Sur le même sujet

Les + Lus