Covid-19 en Pays de la Loire : de nettes variations selon les départements

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Even
Le taux d'incidence reste élevé en Loire-Atlantique, le 24 décembre 2021
Le taux d'incidence reste élevé en Loire-Atlantique, le 24 décembre 2021 © France Télévisions Olivier Quentin

En pays de la Loire, les contaminations au Covid-19 évoluent différemment selon les départements. Le taux d’incidence reste élevé en Loire-Atlantique tandis qu’il baisse en Vendée et en Maine-et-Loire. Il repart à la hausse en Sarthe.

Les taux d’incidences restent stables mais toujours élevés en Loire-Atlantique, 442,8 sur 7 jours glissants pour 100 000 habitants.

En Maine-et-Loire, une baisse notable s’amorce avec un taux d’incidence qui passe de 400 à 351 en une semaine. Idem pour la Vendée dont le taux passe de 364,6 à 319.

Quant à la Sarthe, le nombre des contaminations remonte, notamment au Mans, avec un taux d’incidence de 320,6 pour 100 000 habitants. Il était de 288, il y a une semaine. En Mayenne, le taux d’incidence reste stable à 276.

468 personnes sont actuellement hospitalisées pour cause de Covid-19 dont 95 en services de réanimation dans la région. Elles étaient 528, il y a une semaine.

Le variant Omicron sous surveillance

Depuis le début de la pandémie, 3 120 personnes sont décédées du Covid-19 à l’hôpital et 1 249 dans les Ehpad de la région.

En Pays de la Loire, 8 cas d’infection au variant Omicron ont été confirmés au 24 décembre 2021. De nombreuses incertitudes entourent encore ce variant très contagieux, qui fait l’objet d’une surveillance renforcée en France.

Le gouvernement prévoit que ce variant devienne majoritaire dans le pays d'ici peu, entre Noël et le Jour de l'an. Pour la seule journée de jeudi 23 décembre, 91 608 personnes ont été testées positives au Covid-19 en France.

Que faire en cas de test positif ?

A la veille des fêtes et dans l'attente de nouvelles directives qui pourraient intervenir la semaine prochaine, voici les règles d'isolement et de surveillance préconisées par l'Assurance maladie.

En cas de test antigénique positif, il faut immédiatement se faire dépister par un test RT-PCR pour confirmer le résultat.

Variant omicron ou non, même sans symptôme, l'isolement est obligatoire pour une période de dix jours à compter soit de l'apparition des premiers symptômes, soit de la date du premier test positif.

Que faire si vous êtes cas contact ?

En cas de contact avec une personne testée positive au Covid-19, l'Assurance maladie demande de s'isoler immédiatement en cas de schéma vaccinal incomplet ou pour les immunodéprimés, quel que soit le variant.

Si le parcours vaccinal n'est pas complet, les règles d'isolement s'appliquent si la personne avec laquelle le contact a eu lieu a contracté le variant Omicron.

La durée d'isolement requise est de 7 jours depuis le dernier contact avec la personne testée positive. Si cette dernière vit sous le même toit, la durée d'isolement monte à 17 jours.

A la fin de la période d'isolement, il faut réaliser un test de dépistage RT-PCR ou antigénique. Si le test antigénique est positif, un second dépistage de confirmation par test RT-PCR est nécessaire. Si le test est négatif, l'isolement prend fin.

L'Assurance Maladie recommande aussi de s'isoler dans quelques cas supplémentaires. Pour les personnes à risque cas contact, il est conseillé de s'isoler même si le test est négatif. De même pour les personnes à risque vivant sous le même toit qu'une personne dépistée positive.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.