• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Crise des éleveurs: le plan d'urgence proposé par le gouvernement

© Photo: Damien Raveleau, FR3 Vendée
© Photo: Damien Raveleau, FR3 Vendée

600 millions d'euros débloqués, un renforcement des contrôles, 500 millions de crédit bancaire,... gros plan sur les principales mesures du plan d'urgence proposé par le gouvernement ce 22 juillet.

Par avec AFP

Après la grogne des agriculteurs qui a progressivement paralysé l'ouest de la France depuis le début de la semaine, le gouvernement à mis en place un plan d'urgence pour l'élevage. Voici les principales mesures:

-L'État va engager avec les banques une restructuration de l'ensemble des dettes à moyen et long terme, notamment en portant le fonds d'allègement des charges (FAC)de 8 à 50 millions d'euros

-La Banque publique d'investissement pourra garantir jusqu'à 500 millions d'euros de crédit bancaire de trésorerie aux entreprises du secteur de l'élevage pour faire face à l'ensemble de leurs besoins

- 600 millions d'euros d'allègements et de reports de charges. Sur les 600 millions avancés par le gouvernement, 100 millions seront dédiés à l'annulation de charges et de cotisations (exonération de taxes foncières), et 500 millions à des reports (impôts sur les revenus et les sociétés, remboursement anticipé de TVA...)

- Le gouvernement veut développer l'utilisation de contrats avec les industriels, pour permettre aux éleveurs d'avoir plus de visibilité sur leur rémunération et leur marge.

- A long terme, une plateforme "Viande France Export" sera mise en place, pour identifier et répondre aux besoins des pays importateurs, notamment en Asie et autour de la Méditerranée.

- La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) renforcera les contrôles sur l'étiquetage de l'origine des viandes. L'État promet de nouveau de favoriser l'approvisionnement local dans les cantines.


- Le gouvernement promet de simplifier les procédures administratives pour les éleveurs,et d'améliorer la manière dont se déroulent les contrôles sur le terrain, qui donne souvent lieu à de très fortes tensions entre agriculteurs et agents.

Les agriculteurs sont partagés sur la poursuite du mouvement.



A lire aussi

Sur le même sujet

travaux pont de Cheviré

Les + Lus