• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Démission de Nicolas Hulot : De Rugy, Orphelin, Retailleau, Le Foll et Johanna Rolland réagissent

Le ministre de la Transition écologique a annoncé sa démission mardi 28 août sur France Inter / © Patrick KOVARIK / AFP
Le ministre de la Transition écologique a annoncé sa démission mardi 28 août sur France Inter / © Patrick KOVARIK / AFP

Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé sa démission ce mardi matin sur France Inter. Une "crise grave" pour le gouvernement, selon Stéphane Le Foll, député de la Sarthe. "On va dans le mur" selon Mathieu Orphelin, député du Maine-et-Loire. 

Par Emma Derome

L'ex numéro 3 du gouvernement, ministre d'État de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a démissionné ce mardi matin. Une décision, dit-il, "très difficile" que l'écologiste a pris après plusieurs désaccords de fond avec le gouvernement sur le traité économique CETA, la sortie du glyphosate, la diminution de la part du nucléaire, ou encore la diminution des émissions de gaz polluants. Il a exprimé son désarroi, se sentant "seul à la manœuvre" au sein de l'exécutif sur les enjeux écologiques et environnementaux, dont Emmanuel Macron avait pourtant voulu faire une priorité.
 
 

Johanna Rolland "respecte" sa décision de partir

Pour la maire de Nantes, Johanna Rolland, Nicolas Hulot a été "constant dans ses convictions"

Comme la maire de Nantes, le sénateur écologiste de Loire-Atlantique, Ronan Dantec, en déduit que Nicolas Hulot, en contraction avec ses convictions, a du prendre la décision qui s'imposait.
 


Une décision regrettée par François de Rugy


Face à cette décision redoutée mais inattendue, de nombreuses figures de la classe politique ont réagi, y compris les députés des Pays de la Loire. Le président de l'Assemblée Nationale et député En Marche de Loire-Atlantique, François de Rugy, "regrette" cette décision. Il estime que les transformations écologiques "doivent être accomplies avec engagement, persévérance et détermination".
 

Un électrochoc pour Mathieu Orphelin : "on va dans le mur"


Pour Mathieu Orphelin, député En Marche du Maine-et-Loire et ancien porte-parole de la fondation Nicolas Hulot, la nouvelle sonne non pas comme une simple surprise, mais comme "un électrochoc pour tout le monde"

"Il faut faire plus, beaucoup plus. Pour le climat, la biodiversité, l'environnement, la solidarité. Et changer de modèle et de priorités. Car pour l'instant, on va dans le mur." a-t-il publié sur son compte Twitter.
 


Pour Bruno Retailleau, "Nicolas Hulot n'a rien fait"

Le sénateur Les Républicains de Vendée, Bruno Retailleau, relativise l'action de l'écologiste au gouvernement : "Nicolas Hulot n’aura rien fait durant 15 mois à part torpiller le projet de Notre Dame des Landes", une "leçon" pour Emmanuel Macron, selon lui.

Une réaction similaire à celle d'Yves Métaireau, maire de La Baule, président de Cap Atlantique, qui regrette l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
 


Le temps des propositions pour Stéphane Le Foll


De son côté, le maire PS du Mans et député de la Sarthe, Stéphane Le Foll, qualifie la nouvelle de "crise grave" pour le gouvernement. Il estime que c'est maintenant à son parti de faire des propositions pour l'écologie
 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus