Don du sang : en Pays de la Loire les réserves restent stables mais les nouveaux donneurs désertent les collectes

Alors que les réserves de sang étaient au plus bas durant l'été, une campagne d'appel au don en septembre a permis une remontée des fréquentations dans les lieux de collectes. Pour autant la Covid-19 a pour conséquence de freiner la venue de nouveaux donneurs.

Donner prend environ une heure.
Donner prend environ une heure. © France Télévisions Olivier Quentin
A la rentrée, les réserves avaient atteint leur niveau le plus bas depuis dix ans. "Tout le monde se remettait un peu dans ses activités, estime Christelle Guiral, chargée de communication à l’Etablissement Français du Sang (EFS) Centre-Pays de La Loire. Ce n'était pas forcément évident de se mobiliser pour le don de sang".

Mais un nouvel appel national aux dons, au début du mois de septembre a permis de faire remonter la fréquentation des lieux de collecte en Pays de la Loire, et d’atteindre un nombre de dons équivalent, parfois même supérieur, à celui de 2019.

Des collectes annulées

Aujourd'hui, l’EFS fait toutefois face à une vague d’annulations de collectes, notamment en milieu étudiant et professionnel. "C’est parce que le travail présentiel n'a pas repris ou bien que les espaces ne permettent pas d'organiser des collectes dans le respect des mesures barrières" explique Christelle Guiral.

Pour elle, le climat anxiogène provoqué par la crise sanitaire pourrait rendre réticents ces nouveaux donneurs potentiels. Elle souhaite rassurer : " C'est une maladie qui ne se transmet que par les voies respiratoires. Donc, quand on porte son masque, on se lave les mains correctement, dans les collectes comme ailleurs, le risque de transmission est très faible".


1 150 nouveaux donneurs en octobre 2019 et 883 en 2020

C’est un gros manque pour l'ESF Centre-Pays de la Loire, car le milieu étudiant et les entreprises représentent près de 20% de ses collectes. Mais c’est surtout là qu’il trouve 50% de nouveaux donneurs.

Logique, puisqu'une partie des étudiants vient d’atteindre la majorité et peut donner pour la première fois. De même que dans les entreprises, le fait de venir sur le lieu et les horaires de travail permet de gagner du temps. Et leur profil est très recherché :
 

La tranche 18-24 ans représente le plus grand nombre de nouveaux donneurs. Mais malgré tout, ce sont ceux qui donnent le moins souvent dans l'année. Les donneurs réguliers sont les plus âgés. Donc, il arrive en fin de carrière, si je peux dire.

Christelle Guiral, Etablissement Français du sang, Centre-Pays de la Loire

Dons du sang en Pays-de La Loire
Infogram

 

Anticiper en fonction des mesures sanitaires

Aujourd’hui, dans la région, l’EFS dispose de 14 jours de réserve de produits sanguins, pour 16 jours au niveau national, ce qui constitue une réserve suffisante. Mais ces produits sont soumis à une péremption rapide. Une baisse de la fréquentation des collectes entraîne donc assez rapidement une baisse des réserves.

"Aujourd'hui, on est une région relativement épargnée pour le moment, se rassure Christelle Guiral. Mais si demain, on bascule de nouveau dans une situation épidémiologique plus compliquée, on aura de nouveaux des réserves basses"

Pour anticiper au mieux, l’EFS tente de maintenir une mobilisation soutenue. 

Qui donne le plus ? 

En 2019, comme chaque année, les plus grosses réserves de sang des Pays de la Loire proviennent de la Loire-Atlantique. "Le département concentre la plus forte densité de population” note Christelle Guiral. Mais elle ajoute, “la Vendée est un département qui donne beaucoup et qui détient le record du nombre moyen de donneurs par collecte".

L’explication est surprenante, et surtout historique. "Avant, en Vendée, les collectes se faisaient le dimanche à la sortie de la messe. C’est un département où les gens allaient beaucoup à la messe le dimanche" raconte-t-elle.
 


La chargée de communication avance une autre explication : La pratique est une sorte de tradition familiale qui se transmet. C'est d'autant plus important, qu'en Vendée, "les gens restent ou en tout cas, reviennent s'installer", estime-t-elle.

L’EFS demande à tous les donneurs qui le peuvent de prendre rendez-vous, y compris dans les collectes mobiles, sur le site Mon RDV don de sang ou sur l’Appli Don de sang. Cela permet de mieux gérer la pris en charge des donneurs lors du prélèvement dans le respect des mesures de distanciation physique.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société