• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

La France en vrai !

À contre-courant [Inédit]  
Logo de l'émission La France en vrai !

DOCUMENTAIRE. La poche de Saint-Nazaire, une si longue occupation

© FranceTélévisions-PoischicheFilms
© FranceTélévisions-PoischicheFilms

D’août 1944 à mai 1945, 28 000 soldats de l’armée de Hitler, encerclés par les troupes alliées, se retranchent dans ce que l'on nommait la Poche de Saint-Nazaire. 130 000 civils se retrouvent eux aussi pris au piège. Un documentaire à voir lundi 9 septembre sur France 3 Pays de la Loire.

Par Murielle Dreux

Revoir l'émission

Une histoire méconnue, des témoins racontent

Histoire unique, histoire méconnue, histoire largement oubliée, que les derniers témoins directs nous racontent avant qu’il ne soit trop tard.

Abordée de temps à autre par des reportages, cette histoire n’a jamais été l’occasion d’une enquête approfondie.

Ce documentaire, "La poche de saint-Nazaire, une si longue occupation", s'appuie sur les ultimes témoins directs, qui racontent les conditions de vie drastiques d’un encerclement de plus en plus étanche. Une situation que l'on peut assimiler à une sorte de prise d’otages massive avec une population soumise au "pillage rationnel" de l’occupant, aux aléas des combats, aux dangers des coups de main, des incursions, des embuscades, des tirs croisés, des balles perdues, et des exécutions sommaires.
 


Ce documentaire est riche d'archives inédites et de propos d’écrivains et d’historiens, qui se sont penchés sur ces heures sombres, dont les "fantômes" hantent encore la conscience collective de cette population.

Très peu connue en France, cette histoire est presque totalement inconnue en Allemagne.

"Festung Saint-Nazaire", la double peine

Août 1944, l’heure de la Libération a sonné pour la France, les bals populaires fleurissent et les drapeaux pavoisent, sauf dans quelques "poches" de la côte Atlantique où des troupes allemandes résistent toujours et où la population civile vit sous le « joug nazi ».
 
© FranceTélévisions-PoischicheFilms
© FranceTélévisions-PoischicheFilms

C’est à Saint-Nazaire et dans ses environs immédiats que cette résistance allemande se fera la plus obstinée et la plus durable. Principale forteresse de l’Atlantique d’Hitler (connue sous le nom de "Festung Saint-Nazaire"), la ville a été pilonnée par les bombes et rasée depuis 1941.

Alors que Nantes célèbre sa libération par les forces alliées, les blindés américains sont arrêtés avant Savenay. Une vaste zone, dont l’épicentre est Saint-Nazaire, va ainsi rester aux mains de 28 000 soldats du Reich qui s’y sont retranchés.

Ils n’en sortiront que neuf mois plus tard, le 11 mai 1945, alors que la guerre est officiellement finie partout ailleurs, même à Berlin.
 

Près de 130 000 civils français se retrouvent "empochés"

C’est pour eux que l’Occupation sera la plus longue.

Les derniers mois de cet épisode final de la "poche" sont marqués par la pénurie alimentaire, les perquisitions, les dernières exécutions et la montée du désespoir face à une situation incompréhensible et interminable. Tandis que les forces allemandes et les alliés s’affrontent dans un siège quasi-moyenâgeux.
 
© FranceTélévisions-PoischicheFilms
© FranceTélévisions-PoischicheFilms

Saint-Nazaire, une base stratégique

Tout au long de la Seconde Guerre mondiale, la région de Saint-Nazaire a été d’une importance stratégique considérable. D’abord, lieu d’évacuation des forces alliées et des civils fuyant l’avancée des troupes allemandes en 1940, puis forteresse allemande abritant l’une des plus grosses bases de sous-marins engagés dans la bataille de l’Atlantique dès 1941.

Saint-Nazaire est alors devenue la cible d’un des raids alliés les plus audacieux en 1942. La ville est détruite à plus de 80% par de multiples vagues de bombardements de 1942 à 1944. Elle devient l'ultime poche de résistance des Allemands en France, faisant de la "poche de Saint-Nazaire" le dernier lieu non seulement de France mais aussi d’Europe à être libéré.
 
© FranceTélévisions-PoischicheFilms
© FranceTélévisions-PoischicheFilms

Un réalisateur impliqué

Pour le réalisateur, Raphaël Millet, né en Pays de la Loire, ce sujet de la "forteresse" de Saint-Nazaire est un projet de longue date. C'est en prenant conscience de l'urgence patrimoniale de recueillir les propos des derniers témoins vivants tant du côté français que du côté allemand, qu'il s'est mis à l'écriture.

"Ce projet documentaire consacré à l’histoire de ce qu’on a appelé la "poche de Saint-Nazaire", ville portuaire plongée au coeur de la Seconde Guerre mondiale et qui fut le dernier lieu d’Europe où la guerre cessa enfin, est issu de ma propre histoire familiale."

Raphaël Millet est un réalisateur, producteur et critique de cinéma.
Il a réalisé "Pierre Schoendoerffer, la sentinelle de la mémoire" (2011), "Le Voyage cinématographique de Gaston Méliès à Tahiti" (2014), "Le Voyage de Gaston Méliès dans les mers du Sud et en Extrême-Orient" (2015), "Chaplin à Bali" (2017).
 

"La poche de Saint-Nazaire, une si longue occupation" de Raphaël Millet, à voir lundi 9 septembre, en 2ème partie de soirée, sur France 3 Pays de la Loire
 

Loire-Atlantique : des pompiers en route pour les championnats du monde