La belle soeur de Colette Deromme mise en examen

Sylvianne Fabre, la belle-soeur de Colette Deromme, a été mise en examen mardi soir pour assassinat

Le fils de Sylvianne Fabre, en garde à vue depuis lundi à Laval (Mayenne) devrait lui aussi être mis en examen dans ce dossier. Son transfert à Draguignan devant la juge interviendra "d'ici quatre jours", selon une source judiciaire.

Le nom de Colette Deromme avait été cité dans l'affaire de la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès, qui avait habité Lorgues dans les années 1990 et séjourné en avril dans le Var, une coïncidence relevée par le procureur de la République de Nantes. Cette piste, un temps évoquée après sa disparition, avait été exclue par les enquêteurs de la gendarmerie.

Colette Deromme, 50 ans, divorcée depuis plusieurs années, avait été vue pour la dernière fois le 14 avril 2011 à Lorgues. Dans son véhicule garé devant son domicile fermé à clé, les gendarmes avaient trouvé son sac à main, ses papiers d'identité, ses cigarettes et les clés de son véhicule et de sa maison.
Un mois plus tard, son corps était retrouvé dissimulé sous un tas de pierre près d'Aups dans le Haut-Var à une trentaine de kilomètres de son domicile.
La découverte avait eu lieu un dimanche vers 18H00 par des vacanciers.

Après le débat contradictoire devant le juge des libertés et de la détention, la belle-soeur de Colette Deromme a été placée sous mandat de dépôt et incarcérée à la prison des Baumettes à Marseille.
Un différend financier serait bien à l'origine de la discorde entre les deux ex-belles-soeurs qui, en 2008, avaient créé une SCI pour gérer une villa avec piscine qu'elles possédaient en commun.
Au cours d'un rendez-vous pris pour régler cette question, Sylvianne Fabre aurait
étranglé sa belle-soeur.

Colette Deromme aurait été tuée par sa belle-soeur qu'elle menaçait de dénoncer pour avoir détourner des fonds d'une SCI, a indiqué mercredi la procureure de la République de Draguignan.
"Un conflit à caractère familial et financier est à l'origine de cette affaire.
La victime avait découvert que sa belle-soeur avait détourné une petite somme d'argent, 3.000 euros environ, dans la SCI (NDLR: créée en commun) et avait menacé de la dénoncer", a déclaré à la presse Mme Drouy-Ayral
"Sylvianne Fabre a été mise en examen mardi soir du chef d'assassinat et placée en détention provisoire à la prison des Baumettes mais ne reconnaît pas la préméditation", a ajouté Mme Danielle Drouy-Ayral, précisant que la mise en cause n'avait pas souhaité s'expliquer devant la juge d'instruction.
Toujours selon la même source, une nouvelle dispute avait "déclenché l'ire de Sylvianne Fabre qui a étranglé Mme Deromme avec une cordelette".
Les faits se sont déroulés dans un hangar de l'ancienne habitation du fils de Sylviane  Fabre, Stéphane Parel, 32 ans, en garde à vue à Laval (Mayenne) et qui doit être déféré mercredi après-midi devant le juge pour être mis en examen pour "destruction de preuves sur une scène de crime et recel de cadavre".
 
Selon les premiers éléments de l'enquête, il aurait "modifié la scène du crime" et aidé sa mère à se débarrasser du corps. Un mandat de dépôt sera requis  à son encontre par le parquet a précisé Mme Drouy-Ayral.

Deux autres personnes, un voisin de Mme Fabre et son ex-ami, ont été mis en examen pour "non dénonciation de crime" et placés sous contrôle judiciaire.
Enfin, l'épouse de Stéphane Parel et sa belle-mère qui avaient été placées en garde à vue à Laval ont été remises en liberté, sans être impliquées.