Loire-Atlantique - Covid-19 : les résidents d'Éhpad pourront-ils passer Noël en famille ?

Aller passer Noël en famille, ou recevoir sa famille dans l'établissement, difficile d'organiser des conditions sanitaires satisfaisantes en fonction de la situation de chacun dans les Éhpad. En dernier lieu, c'est aux résidents de faire la demande, et aux familles d'apprécier le bénéfice risque.

Noël masqué, les personnes vivant en Ehpad pourront sortir en famille moyennant d'infinies précautions.
Noël masqué, les personnes vivant en Ehpad pourront sortir en famille moyennant d'infinies précautions. © Joël Saget / AFP

La question agite tous les Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Éhpad), comment pouvoir fêter Noël avec sa famille avec ce virus mortel qui rode aux alentours.

Presque 60 000 personnes sont mortes du fait du covid-19 en France depuis le début de l'épidémie en février dernier. La plupart sont des personnes âgées. Alors comment préserver la santé des résidents des Éhpad ? Mais celle aussi des personnels soumis à rude épreuve depuis de longs mois ?

Entre se prémunir contre la maladie, en tant que résident, ou comme personnel soignant, préserver un équilibre psychologique satisfaisant pour les résidents, comme pour leurs conjoints, ou leurs familles à l'extérieur, les responsables de ces établissements de santé particuliers doivent jongler avec des injonctions contradictoires.

 

Pour passer Noël en famille

Un assouplissement des règles est souhaitable pour permettre aux résidents des Éhpad de passer Noël en famille. La directive de la direction générale de la cohésion sociale indique que le consentement du résident est requis pour sortir, en toute connaissance de cause des règles qui s'appliqueront à son retour. Autrement dit les familles ne peuvent exiger que la direction de l'établissement autorise la sortie de la personne.

"Mais comment faire quand on dirige un établissement où résident 60 personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer" s'interroge une directrice d'Éhpad en Loire-Atlantique qui souhaite garder l'anonymat ? "Ces personnes ne peuvent exprimer leur consentement, mais une sortie, ou une visite, leur ferait le plus grand bien, et souvent encore plus à leur famille, leurs proches, en souffrance de leur côté".

"Les équipes sont éprouvées, fatiguées, sous tension depuis mars, applaudies en avril et mai, conspuées durant tout l'été pour avoir coûte que coûte fait respecter les gestes barrières à des familles peut scrupuleuses de leur propre santé ou de celle des autres".

Les responsables d'Éhpad vont devoir agir avec tact et discernement. Au risque de fâcher des familles ou des résidents. "Il est important que chaque famille et chaque résident mesure le "bénéfice risque" de cette réunion familiale"

L'établissement étant toujours en responsabilité de la bonne santé des résidents, il faudrait que les familles qui les accueillent temporairement agissent en responsabilité. Ce qui reste incontrôlable.

 

Pour la sortie des résidents

Pour s'assurer que le covid ne reviendra pas dans les établissements en même temps que les résidents, la directive de la direction générale de la cohésion sociale précise que "les résidents qui exprimeront le souhait de sortir dans leur famille devront effectuer un test RT-PCR ou antigénique à leur retour. Il leur est rappelé la nécessité de respecter très strictement les gestes barrières de porter systématiquement le masque chirurgical en présence des professionnels et des autres résidents, de s'abstenir de participer aux activités collectives pendant les 7 jours suivant leur retour".

Janine, résidente en Éhpad âgée de presque 90 ans, et vice-présidente du conseil de vie sociale dans son établissement, avoue que "si j'ai l'assurance que les gestes barrières seront bien respectés chez mes enfants j'irai passer Noël avec eux avec plaisir. Les prélèvements pour les tests naso-pharyngés ne sont pas agréables, et la perspective de devoir prendre prendre des précautions supplémentaires au retour durant une semaine ne me parait pas insurmontable".

Pour les personnes en relativement bonne santé physique ou mentale la décision sera prise en conscience de ces nécessités sanitaires, mais pour les autres, la situation est particulièrement pénible à vivre.

La note précise encore que "les proches des résidents sont sensibilisés par les professionnels de l'établissement aux précautions à respecter lors de la sortie ou du séjour en famille. Ces proches sont fortement encouragés à réaliser un test RT-PCR ou antigénique, ce qui ne les exonère pas du respect des gestes barrières, distanciation et aération ensuite".

 

Pour l'entrée des visiteurs

Il est conseillé aux visiteurs la réalisation préalable d'un test de dépistage RT-PCR 72 heures avant la visite ou au moins un test antigénique dans la journée, avant la visite.

Les Éhpad peuvent proposer de participer aux séances de dépistage hebdomadaire aux visiteurs réguliers.

La vice-présidente du conseil de vie sociale reprend : "Je pense à mon voisin d'étage qui souffre de ne pouvoir prendre ses repas chaque jour avec son épouse, comme par le passé. Elle continue de vivre chez elle, certains jours il refuse de se nourrir...

Et puis il y a la famille de cette personne atteinte par la maladie d'Alzheimer dont je sais qu'elle souffre de ne plus pourvoir la voir. Ce virus est déprimant pour tout le monde !"

Et d'espérer que la vaccination qui s'annonce permettra de reprendre une vie plus simple, résidents et soignants, dans ces maisons si particulières.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société personnes âgées famille noël événements sorties et loisirs