• faits divers
  • société
  • économie
  • sport
  • football
  • Insolite

Hellfest 2019 : cinq questions à... Shaârghot

Shaârghot
Shaârghot

Vous rêviez d'un autre monde ? Ne cherchez plus, Shaârghot l'a inventé, un monde post-apocalyptique à souhait, aussi noir que désespéré, aussi métal que punk, aussi électro qu'indus, une musique qui colle au corps et à l'esprit, l'enfer dans toute sa splendeur...

Par Eric Guillaud

Amoureux amoureuses de k-pop et autres musiques acidulées, passez votre chemin, ici tout est noir jusqu'aux visages des musiciens, c'est l'esprit du groupe parisien Shaârghot qui, dans la lignée d'un Punish Yourself ou d'un Rammstein, influences largement assumées, balance un metal indus énergique et envoûtant. Avec eux, noir c'est noir, mais avec des nuances tout de même...
SHAÂRGHOT - Break Your Body ( Official )
Que représente pour vous le metal ?
Étienne (chant). Ma vie tout simplement haha ! Beaucoup de gens découvrent le metal ado et en écoutent principalement pour emmerder leurs parents. Mais pour certains, il s’agit d’une révélation. Le metal est une famille très large, j’ai été immédiatement charmé par les sonorités et le style et j’ai pu affiner mes choix en matière de groupes pour me porter finalement sur un genre qui est le metal Industriel. J’ai découvert par la suite que l’univers de la musique industrielle ne touchait pas que le metal et j’ai pu agrandir mes connaissances en cherchant dans les autres types de musique. Electro, Psy Trance...  Quoiqu’il en soit, mes collègues et moi-même avons grandi avec cette musique et nous ne cesserons jamais d’en écouter ni de nous intéresser aux nouveautés de la scène qui est d’une grande richesse.

Quel effet de jouer au Hellfest ?
Étienne. Nous sommes bien entendu ravis. Pour ma part, c’est le premier festival de metal que j’ai fait et si on m’avait dit il y a 10 ans que j’y jouerai plus tard, j’aurais ri au nez de la personne. Et pourtant nous y voilà. Donc, oui nous sommes plutôt fiers de pouvoir y être mais nous ne nous imposons pas une pression particulière, nous avons toujours fait notre job de la même façon et qu’il y ait 200 ou 5 000 personnes en face de nous, cela ne changera rien, nous donnerons toujours le maximum de nous car notre plus belle récompense est de voir un public heureux de voyager dans l’univers que j’ai créé.

Avec quel(s) groupe(s) êtes-vous particulièrement heureux de partager l’affiche ?
Étienne. Punish Yourself ! Ils sont incontestablement les rois du metal electro industriel en France et ont toujours été pour nous tous une grande source d’inspiration ! Et puis, comme nous, ils partagent un amour de la mise en scène et du spectacle et c’est vraiment bien plus qu’un concert. Nous sommes dans cette logique nous aussi, un groupe de types en tenue civile qui secouent leur tête pendant 1h c’est sympa mais vite lassant, on aime quand il y a du spectacle, de la mise en scène et un univers, et de ce côté là, chacun à notre façon, c’est ce que Punish et nous faisons ! Il y a d’autres groupes comme Combichrist ou Eisbreicher aussi mais si vraiment vous voulez du spectacle de qualité ailleurs que sur les Mainstages, foncez voir Punish Yourself ! 

Le groupe, l’album, le titre ou le live qui vous a marqué à vie ?
Étienne. Je me souviens très bien, il s’agit du morceau « Here to Stay » de Korn, c’était la première fois que j’écoutais du metal et j’ai été impressionné par la lourdeur du son, en fait je ne pensais même pas qu’il existait des sons aussi graves à l’époque. J’ai pas tout de suite compris si j’aimais ou non mais j’ai voulu réécouter, mon pote m’a passé l’album «  Intouchable »  et hop, c’était le premier pas dans un vaste monde où je n’ai clairement pas fini de vadrouiller. 

Vous gagnez au loto la veille de votre passage à Clisson. Vous arrêtez tout et partez vous la couler douce dans un paradis fiscal ou vous choisissez l’enfer du Hellfest pour toujours ?
Étienne. Haha vous rigolez j’espère ? Un million et une vie de regret ? Aucun intérêt ! 
Si on fait ce taff, c’est parce qu'on aime ça tout simplement et qu’on ne se voit pas faire autre chose ! Et puis bon, se la couler douce, c’est sympa 2 minutes mais on se connaît, on est des créatifs et on ne tiendrait pas en place plus d’une semaine, on recommencerait immédiatement à faire de la musique ! Notre vie n’est peut-être pas sous les palmiers mais si il y a bien une chose qui est certaine c’est qu’elle est sur scène alors on signe pour les flammes de l’enfer sans hésitations !   

Merci Étienne, merci Shaârghot
Plus d'infos sur le groupe ici
En concert sous la Temple le 22 juin à 11h05

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

travaux pont de Cheviré

Les + Lus