Mis en cause par Mediapart pour un ancien emploi auprès de C.Estrosi, Franck Louvrier parle de "diffamation pure"

Mediapart affirme que Christian Estrosi, le maire de Nice et Président de Nice Métropole, a "embauché des amis qui n’ont pas laissé trace de leur travail". Parmi les "amis" visés : Franck Louvrier, aujourd’hui maire de la Baule, qui réfute toutes les accusations du journal en ligne.
 
Franck Louvrier, le maire de La Baule
Franck Louvrier, le maire de La Baule © VILLE DE LA BAULE
Franck Louvrier a un sacré CV.  Et des adresses d’employeurs prestigieux ! Place Beauvau, Bercy, Région des Pays de la Loire, La Baule, Neuilly, l’Elysée...

Des employeurs qui témoignent de son parcours, d’abord au service de Nicolas Sarkozy, maire, ministre, Président de la République, puis pour son compte personnel, en tant qu’élu sur son nom, Franck Louvrier.

Mais il y a une mention qu’on a plus de mal à caser dans ce parcours : La métropole de Nice.

Franck Louvrier y a été employé, entre mai 2018 et septembre 2020. D’abord comme chargé de mission, puis directeur de la communication et des relations institutionnelles de la maison de la métropole de Nice, basée… à Paris.

Un poste vu alors par certains, et notamment Mediapart, comme un arrangement entre amis de Droite. Mais Franck Louvrier a toujours assumé ce poste, revendiquant le fait de travailler, en plus d’être élu.

Mais si on reparle aujourd’hui de ce travail, que Franck Louvrier a abandonné en septembre 2020, après son élection à la mairie de la Baule, c’est qu’il fait réagir la Chambre Régionale des comptes de Provence Alpes Côte d’Azur.

Ce vendredi 27 novembre, Christian Estrosi, maire de Nice et Président de Nice Métropole, rend public un rapport de cette Chambre, que s’est procuré Mediapart. Rapport non encore public, et que nous n’avons donc pas pu consulter, dans lequel sont épinglées les conditions de recrutement de plusieurs collaborateurs de la Métropole.

Et même sans les citer, on reconnaît parmi eux, Franck Louvrier.
 

Plusieurs autres emplois en cause

Où est le problème ? Selon Mediapart, les conditions d’embauche de l’actuel maire de la Baule par Nice Métropole n’auraient pas respecté les voies classiques, d’appels à candidatures et sélection par jury. Quant au rôle de la maison de la métropole de Nice à Paris, la Chambre s’interroge "sur l’activité et l‘impact de cette représentation dans la capitale, difficilement mesurables".

De là à suspecter un emploi de complaisance, voire fictif, Mediapart saute – presque – le pas, en annonçant dévoiler "comment Christian Estrosi contourne les règles de la fonction publique pour recruter au prix fort des personnalités utiles à sa carrière politique". Car dans le rapport, sont aussi visés un Préfet aujourd’hui retraité, et un ex-magistrat niçois, embauchés par la Métropole.

Des profils différents pour des postes différents, qui prouvent, selon Mediapart, que Christian Estrosi achète "les services de personnalités plus utiles à sa carrière politique personnelle qu’à la collectivité dans son ensemble".

Ces accusations, sans surprise, ont fait réagir le maire de Nice. Il juge ces propos diffamatoires et va donc porter plainte contre Mediapart.
 

Un carnet d'adresses utile

Mais face à la Chambre régionale des comptes, Christian Estrosi doit bien apporter des explications. Concernant Franck Louvrier, il met en avant son expertise en communication, qui a permis "de créer un réseau (…) de relations institutionnelles efficaces et de favoriser l’ancrage (…) de la métropole au niveau national".

En d’autres termes, le carnet d’adresses très fourni de l’ex-conseiller en communication de Nicolas Sarkozy a été mis au service de la promotion d’une collectivité.

Est-ce surprenant, quand on sait que Franck Louvrier n’a pas d’ancrage local en PACA ? Oui.
Est-ce illégal ? Non.

Et d’ailleurs, c’est sur ce point que l’actuel maire de la Baule, que  nous avons joint, contre-attaque. "Moi, j’ai voulu éviter tout conflit d’intérêt en séparant, géographiquement, mes mandats locaux [NDLR : à l’époque conseiller municipal de La Baule, et élu régional] et mes responsabilités professionnelles. Ce n’est pas le cas de tout le monde…".

Relationnel et lobbying

Sur le contenu même de son travail à la maison de la métropole de Nice à Paris, il renvoie à la fiche de poste définie pour recruter son successeur à la rentrée 2020.

Missions assignées :  "conduire des campagnes de communications institutionnelles, des plans media, représenter la métropole auprès des media, des acteurs économiques". Bref, un mélange de relationnel et de lobbying, qui sont dans les cordes d’un ex-chargé de communication d’un Président de la République, et ex-président de Publicis Events.

Enfin, Franck Louvrier, attaqué par Mediapart sur son double emploi du temps début 2020 - à la fois salarié de la métropole de Nice et en campagne pour les municipales à la Baule - affirme qu’il était alors à mi-temps de son poste à Paris.

Le nouveau maire LR de la Baule aurait donc réponse à tout et à toutes les questions que soulèvent ce rapport et cet article de Mediapart ? Ouin affirme-t-il dénonçant le contenu de l’article de presse comme de la "diffamation pure ".

Il se réserve lui aussi la possibilité de porter plainte.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique polémique société médias économie