Loire-Atlantique : une rave party est en cours à Basse-Goulaine, elle doit durer tout ce week-end

Malgré les arrêtés préfectoraux promulgués ce vendredi 11 septembre, interdisant les rassemblements festifs ou non, et la vente d'alccool à emporter, des centaines de jeunes venus de toute la France ont convergé dans la nuit de vendredi à samedi vers Basse-Goulaine.
Des sons de basse résonnent dans la périphérie nantaise. Ils proviennent du sud du bourg de Basse-Goulaine. Juste à l'entrée du vignoble. Des sons qui s'amplifient, d'heure en heure.

Une rave party rassemblant des milliers de personnes au lieu-dit Les Vallées, s'est installée, nuitamment. 
"C'est un de mes adjoints qui m'a prévenu vers une heure ce samedi matin indique Alain Vey, le maire de la commune. Je suis allé sur le site de 3 h à 5h du matin. J'ai discuté avec des jeunes, cette nuit comme ce matin, l'ambiance est bon enfant mais ça monte en puissance, car ça ne fait que commencer."

Le maire est fataliste et un peu inquiet...Les jeunes gens ont pris place sur environ 5 hectares de prairies, dont la moitié est classée en zone Natura 2000.
"Vous savez, on est impuissants...On verra à la fin. On constatera l'état des parcelles demain soir...mais pour l'instant notre priorité c'est que tout se passe bien"
L'objectif premier de l'élu, c'est de sécuriser les accès au site. Que des issues soient aménagées au cas où les secours devraient intervenir.
Sur place la compagnie de gendarmerie de Rezé est mobilisée, un responsable de la préfecture s'est déplacé, un hélico survole même la zone.

Au coeur de la rave, l'ambiance semble très "covid friendly": de l'alcool, peu de visages masqués...quant à la distanciation physique...Une image paradoxale à l'heure ou le département vient de passer en zone rouge !

D'après les autorités, ce lieu de rassemblement pourrait avoir été choisi par "solidarité" et en réponse à l'affaire de l'arrestation du conducteur du camion sono lors de la fête de la musique en juin dernier à Nantes. Le conducteur a été relaxé hier, vendredi.
Un arrêté avait d'ailleurs été pris par la préfecture cette semaine interdisant tout achat d'alcool à emporter ainsi que le transport de sound-system. Une mesure évidemment ignorée par les jeunes teufeurs qui affluent encore ce samedi midi par le pont de Bellevue, déterminés à faire la fête et à danser jusqu'au bout du week-end. 

Quelques images de l'ambiance qui règnait ce samedi midi sur le site choisi par les teufeurs :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
événements covid-19 santé société