Cet article date de plus de 6 ans

[DIRECT] Nantes : contre l'arrivée d'Uber, les taxis bloquent les transports en commun

Après leur mobilisation de ce lundi contre l'arrivée d'Uber, qu'ils accusent de concurrence déloyale, les taxis nantais veulent intensifier leur action aujourd'hui en bloquant la ville. Ils doivent de nouveau être reçus en préfecture dans l'après-midi.

"Aujourd'hui, nous sommes partis pour rester tant que nous n'aurons pas obtenu ce que nous voulons". Face à l'arrivée d'Uber dans la cité des Ducs, les chauffeurs de taxis nantais se mobilisent.
Ce mardi matin, ils étaient environ 150 au point de rendez-vous à La Beaujoire,parmi lesquels une cinquantaine de chauffeurs venus de Bordeaux.
Ils ont ensuite organisé une opération escargot sur le périph'. 

En fin de matinée, ils se sont regroupés porte des Sorinières, avant d'aller bloquer les lignes de tramways à Commerce et les abords de la préfecture.
Une partie des chauffeurs bloquait également les accès à l'Aéroport, où "aucun taxi ne travaille", selon Franck Ladurelle, président du Syndicat des taxis de Loire-Atlantique.

Cet après-midi une nouvelle rencontre est prévue avec les services de la préfecture afin de tenter de nouveau de faire interdire Uber à Nantes.
Le préfet les a déjà reçus lundi après-midi, sans qu'ils n'obtiennent gain de cause.

Uber a prévu de s'implanter à Nantes, Strasbourg et Marseille. Marseille où, après la mobilisation des taxis et une réunion en préfecture, le préfet des Bouches-du-Rhône a pris mardi un arrêté qui "rappelle" l'illégalité des services "type UberPOP" et prévoit des "contrôles renforcés" après une rencontre avec une délégation de représentants des taxis marseillais.

UberPop avait déjà été déclarée illégale fin mai par le préfet du Nord après des actions des taxis lillois.

Uber et la mobilisation des taxis vus par la Twittosphère


La circulation en temps réel à Nantes

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
taxi économie transports société polémique