Disparition de Céline Sable : son mari reconnait l'avoir tuée

Pendant sa garde à vue, Yann Marchand a reconnu avoir tué son épouse et dissimulé le décès.

Céline Sable avait disparu depuis le mois d'avril mais son mari avait signalé sa disparition il y a 15 jours.
Céline Sable avait disparu depuis le mois d'avril mais son mari avait signalé sa disparition il y a 15 jours. © Carole Guyon / France 3 Pays de la Loire

En examen pour assassinat 

La procureure de la République de Nantes, Brigitte Lamy, le confirme ce samedi matin dans un communiqué : "Le 18 juin le mari de la disparue était réentendu et reconnaissait avoir tué son épouse et dissimulé le décès ." Après ses aveux le mari de Céline Sable, a été mis en examen et écroué pour assassinat, hier vendredi.

Toujours pas de corps

Yann Marchand n'a signalé la disparition de son épouse aux gendarmes qu'à la fin du mois de juin, alors que ses proches n'avaient plus de nouvelle depuis plus d'un mois. C'est l'insistance d'une amie de  Céline Sable qui a obligé son époux à déclarer sa disparition. 
"Yann est un menteur professionnel, chez lui c'est pathologique" ! Ajoutant que depuis 2014, "on ne lui connaît pas d'emploi et on ne sait pas de quoi il vit " nous a expliqué l'amie de la disparue sous couvert d'anonymat. Elle est intriguée surtout par le fait que depuis la mi avril Yann  Marchand est allé s'installer chez sa maîtresse avec ses deux enfants.

Perquisition au château de la Chatterie aux Sorinières

Jeudi, les gendarmes arrêtent Yann Marchand et le placent en garde à vue au commissariat de Rezé. Vendredi, la police scientifique et les enquêteurs opèrent une perquisition au domicile du couple, une dépendance du château de la Chatterie aux Sorinières, au sud de l'agglomération nantaise. Le corps de Céline Sable n'a toujours pas été retrouvé, les investigations de gendarmes continuent.
Mère au foyer, Céline Sable avait un petit garçon de 5 ans et une petite fille de 3 ans. 
Céline Sable vivait au château de la Chatterie aux Sorinières
Céline Sable vivait au château de la Chatterie aux Sorinières © DR



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société