Alcool : les Pays de la Loire, région la plus consommatrice de France métropolitaine, juste devant la Bretagne

En métropole, plus d'un adulte sur cinq dépasse les plafonds de consommation d'alcool recommandés, selon des chiffres publiés par Santé publique France et portant sur 2021. Le dépassement de ces plafonds apparaît significativement supérieur à la moyenne métropolitaine en Bretagne, Auvergne-Rhône-Alpes et en premier lieu en Pays de la Loire.

"Entre 2020 et 2021, en métropole, la proportion d'adultes déclarant une consommation d'alcool se situant au-dessus des repères de consommation à moindre risque a significativement diminué, de 23,7 % à 22 %", observe Santé Publique France dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire.

Cette étude s'appuie sur des données de l'enquête Baromètre de Santé publique France (SPF) 2021.

Une baisse jugée encourageante par l'observatoire, d'autant plus que la proportion de consommateurs dépassant ces repères n'avait pas reculé entre 2017 et 2020,

D'autant que "le contexte de crise sanitaire et sociale liée à la Covid-19 s'est prolongé en 2021" et "aurait pu laisser présager une évolution de la consommation d'alcool à la hausse".

Mais la pandémie "pourrait avoir réduit les occasions festives" des plus jeunes et incité les consommateurs les plus âgés à "limiter les moments conviviaux propices à la consommation pour prévenir d'éventuelles contaminations à la Covid-19", selon Santé publique France.

C'est chez les hommes que cette baisse est principalement observée, mais aussi chez les plus jeunes, les plus âgés et les personnes aux revenus les plus élevés.

La France, demeure toujours en tête des pays les plus adeptes de l'alcool au monde, avec 42,8 millions de consommateurs.

Les Pays de la Loire en tête des régions 

"Si la proportion d’adultes de 18-75 ans dépassant les repères de consommation d’alcool à moindre risque est inférieure à la moyenne métropolitaine dans plusieurs régions métropolitaines (Île-de-France et Bourgogne-Franche-Comté) ainsi que dans l’ensemble des DROM (hors Mayotte, non étudiée), précise Santé Publique France, en revanche, cette proportion est supérieure à la moyenne dans trois régions métropolitaines (Bretagne, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes)."

En Pays de la Loire, la proportion d'adultes dépassant les repères est de 27,9 %

Dans notre région, comme en Bretagne, cette proportion d'adultes dépassant les repères est supérieure à la moyenne métropolitaine à la fois chez les hommes (30,6 % en France métropolitaine, 38,2 % dans notre région) comme chez les femmes (13,8 % en France métropolitaine contre 17,9 % en Pays de la Loire).

Un danger réel

La consommation d'alcool est la première cause d'hospitalisation et la deuxième cause de mortalité évitable en France, après le tabac.

Elle est responsable directement ou indirectement de plus d'une soixantaine de maladies comme les cancers, les maladies cardiovasculaires, digestives, mentales, etc. 

La consommation d'alcool cause chaque année la mort de 49 000 personnes, "pour un coût social estimé à 118 milliards d'euros", estime l'Inserm dans un autre article du bulletin épidémiologique.

Depuis 2017, des repères de consommation à moindre risque (maximum 10 verres par semaine, maximum deux verres par jour, et des jours dans la semaine sans consommation) font l'objet de campagnes d'information.

"Il reste nécessaire de continuer à informer sur les risques de la consommation d'alcool, même à faibles doses, indique Santé Publique France, et à faire connaître les repères, sachant qu’environ un quart des Français considèrent que globalement, boire un peu de vin diminue le risque de cancer plutôt que ne pas en boire du tout." 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité