Bouguenais, près de Nantes : Hexcel composites ferme, 70 emplois vont disparaitre

Cette fermeture est la conséquence directe de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Hexcel composites va licencier les quelque 70 salariés de son site de Bouguenais, près de Nantes.

Le site Hexcel Composites Bouguenais, près de Nantes, 4 septembre 2020
Le site Hexcel Composites Bouguenais, près de Nantes, 4 septembre 2020 © France Televisions - Cathy Colin
Le site Hexcel Composites de Bouguenais, filiale du groupe américain Hexcel, premier producteur mondial de composites à haute performance, va fermer ses portes. 

Un coup de massue pour les 70 salariés qui travaillent sur le site nantais dont l'activité économique a été stoppée net par le crise de la Covid-19. 

Dans un premier temps, 3 ou 4 postes seraient conservés pour la logistique.

"L'usine Hexcel de Nantes a ouvert en 2008 sur un emplacement choisi à proximité d'Airbus, un client principal des produits conçus dans ce complexe, écrit le groupe sur son site, la stratégie de l'usine satellite de Nantes a été établie pour répondre aux attentes des clients en terme de livraison et de réactivité, pour améliorer la qualité des produits, tout en rendant la chaîne logistique globale plus efficace et plus fiable".

L'usine Hexcel nantaise "fabrique du ruban pré-imprégné HexPly", explique l'entreprise, "les pré-imprégnés sont des renforcements en fibre de carbone imprégnés d'un système de résine formulée. Ils durcissent sous la chaleur et la pression pour former des pièces structurelles légères".

Hexcel Composites compte quatre sites en France en plus du site de Bouguenais, un dans l'Essonne à Vert-le-Petit, deux en Isère, à Roussillon et Les Avenières, et un autre à Dagneux, dans l'Ain.

D'autres sites devraient être touchés. Nos confrères belges de la RTBF, annonçaient en juillet dernier que Hexcel Composites à Welkenraedt prévoyait une réorganisation afin "d'adapter ses structures de production à une forte baisse du volume d'activités enregistré dans le secteur aéronautique". 44 emplois et 10 contrats temporaires sur 152 sont menacés sur ce site.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie coronavirus/covid-19 santé société