Coronavirus : va-t-on vraiment circuler à sens unique dans les supermarchés ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Amélie Lepage

Après la queue devant les supermarchés, les clients vont-ils devoir suivre un parcours à sens unique dans les allées de leur magasin ? C’est en tous cas ce que préconise un groupe de scientifiques de Loire-Atlantique. Dans les hypermarchés, on est sceptique. 

Un parcours à sens unique dans les supermarchés, ce n'était pas forcément la mesure que le groupe de scientifiques de Loire-Atlantique voulait mettre en avant. C’est pourtant celle qui a le plus fait réagir.

Au 24ème jour de confinement, faire ses courses est l’une des dernières choses autorisées pour tout le monde. Alors le sujet intéresse.  "C’est simple, les gens confinés, il faut regarder où ils croisent d’autres personnes et aujourd’hui, c’est dans les supermarchés", explique le sénateur écologiste Ronan Dantec, porte-parole du groupe.

 Alors que la France dénombre à ce jour 10 869 morts, dont 541 nouveaux décès à l’hôpital entre le 7 et le 8 avril, le sénateur estime qu’on n’a pas encore "cassé la contamination".

"On doit faire des efforts et renforcer les gestes barrières. La mesure essentielle, c’est l’hygiène des mains
, dit-il, ce virus résiste plus que d’autres sur les surfaces inertes notamment le carton donc il y’a un risque sérieux de contamination par la manipulation de produits".
 

"Le problème, c'est le manque de discipline de la population"

Désinfecter les chariots, installer des plexiglas devant les caisses, prévoir des masques et du gel hydroalcoolique pour l’ensemble du personnel, ce sont des mesures que Véronique Martienne, responsable de l’Intermarché de Saint-Nazaire a mises en place dès les premiers jours du confinement.

Mais quand on lui demande ce qu’elle pense de l’instauration d’un sens unique dans son magasin, elle est catégorique : "Ça ne serait pas respecté, j’en mets ma main à couper. Déjà que les gens ont des difficultés à venir seuls faire leurs courses… Si on demande à ce qu’il y ait un sens de circulation…"

Interrogé mercredi sur ces mesures devant le Sénat, le premier ministre Edouard Philippe a appelé au civisme des clients de supermarché.

Mercredi sur France 2, Jacques Creyssel, délégué général de la fédération du commerce et de la distribution, confirmait que c’était une mesure " techniquement très compliquée " à appliquer alors que le personnel est aujourd’hui "en nombre plus limité qu’à l’ordinaire". 

Le sénateur Ronan Dantec préconise également de mettre à disposition des points d’eau ou du gel hydroalcoolique pour que les clients puissent se laver les mains plusieurs fois pendant leurs courses.

"Impossible, répond Véronique Martienne. Le gel hydroalcoolique que les caissières ont, elles le cachent, si j’en mets à disposition dans le magasin, ça ne va pas durer 10 minutes… le problème c’est le manque de discipline de la population".