D'art en arbres, le Voyage à Nantes met le végétal à l'honneur.

durée de la vidéo : 00h02mn01s
Le Voyage à Nantes débute ce samedi 6 juillet et se déroulera jusqu'au 8 septembre. L'événement estival nantais pose un regard artistique sur la place du végétal dans la ville. Les arbres y sont en majesté. ©Céline Dupeyrat/Frédéric Grunchec/Carole Mijeon

C'est ce samedi soir, 6 juillet, qu'est officiellement lancée la 13ᵉ édition du Voyage à Nantes. Des animations nocturnes vont animer la ville et permettre de découvrir la vingtaine d'œuvres proposées à l'occasion de cet événement estival qui, cette année, célèbre l'arbre et le végétal.

Ici, un géant de bois dégoulinant d'eau pour incarner la symbolique environnementale et le réchauffement climatique. Là, un entrelacs de branches monstrueuses, surgissant des pavés, rampent jusqu'aux colonnes du théâtre Graslin. Cette œuvre, on la doit à Henrique Oliveira. Il s'est inspiré du film de Werner Herzog, "Fitzcarraldo" réalisé 1982, qui raconte la volonté d'un homme passionné d'art lyrique voulant construire un opéra en pleine forêt amazonienne. L'artiste brésilien, lui, imagine une "revanche de la jungle".   

Quelle place, les arbres prennent-ils dans nos villes et dans nos vies ? Le voyage à Nantes s'interroge cette année sur le rapport de l'homme à la nature.

“Quand on connaît bien sa ville, explique Jean Blaise, le créateur de l’événement,

On ne voit plus les arbres. Ils sont là, au-dessus de nous, un peu comme des statues, des figurants alors qu’ils nous sont essentiels. Ce que nous avons voulu, c’est apprendre aux passants, aux visiteurs à regarder les arbres, et il n’y a rien de tel pour cela que de faire appel aux artistes parce qu’ils ont une vision décalée, ils voient au-delà, ils voient au-dessus” 

Jean Blaise

Créateur du Voyage à Nantes

 

Revenir aux sources, aux racines de nos existences. C'est ce que symbolise cette sculpture installée sous les majestueux tilleuls d'un cimetière... Ici les âmes, fossilisées, sortent de terre pour glaner des graines. “Pour nous, la graine est très importante, c’est la fertilité, le vivant. Elle est amenée à grandir, à se métamorphoser” indiquent Florentine Guedon et  Aurelie Ferruel, les sculptrices de l'œuvre "Glaner les germes".

 

Tracée une dernière fois par le patron de la culture nantaise, Jean Blaise, qui passe la main après 40 ans d’une carrière foisonnante, la ligne verte, qui guide les pas des visiteurs, n’a jamais aussi bien porté son nom. 

 

Pour tout savoir sur le VAN 2024, le programme est ici

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Pays de la Loire
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité