Déconfinement : Nantes double le coup de pouce vélo pour les frais de réparation

La métropole de Nantes ajoute 50 euros aux 50 euros de l’aide mise en place par le gouvernement pour la réparation d’un vélo.

© Photo Cycling
Votre vélo a besoin d’une bonne révision ? L’État a prévu une aide de 50 euros par vélo pour financer une réparation dans un atelier. Cette mesure a pour objectif de limiter la propagation du coronavirus en préférant la bicyclette aux transports en commun.

Elle permettra aussi d’éviter de prendre sa voiture pour éviter un retour trop important de la pollution atmosphérique. Certaines villes comme Nantes, Grenoble et Rouen se sont engagées à ajouter 50 euros d’aide à celle de l’Etat.
 

Comment ça marche ?

Tout passe par le site dédié Coup de pouce Vélo mis en place après l'annonce d'Elisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique, avec la Fédération du Usagers de la Bicyclette (FUB).

En tapant votre code postal, vous trouverez le réparateur agréé le plus proche de chez vous avec toutes les recommandations utiles sur le site. Il suffit de posséder un vélo qui a besoin d'une "réparation nécessaire pour rouler". Les achats d'accessoires et d'amélioration du confort ne sont pas prises en compte.

Pour les pneus, les freins ou encore les câbles, ça roule. Vous trouverez même des exemples de tarification. Combien pour remplacer mes patins de frein usés ? 12 euros TTC. La prime me rembourse les 10 euros hors taxe. Il ne me reste que les 2 euros de TVA à payer. Si je change un cadre pour 150 euros, la prime est maximale avec 50 euros. Il ne me reste donc plus que 100 euros à payer.

Et si j’habite dans la métropole de Nantes, la facture pourra descendre à 50 euros grâce au double coup de pouce. L’annonce est très récente. "C’est de l’argent public qui est engagé. Cela demande à être très bien sécurisé au niveau administratif" précise Annie-Claude Thiolat, la présidente l’association nantaise Place au Vélo, vice-présidente de la FUB et associée à la mise en place du dispositif.

Les sercices de la ville confirment que des précisions doivent arriver dans les prochains jours. Une page spéciale est dédiée à ce sujet sur le site de la métropole nantaise à la rubrique Place aux Vélos et aux mobilités actives de Nantes Métropole. Les modalités de remboursement sont très attendues par les professionnels.
Un pictogramme de l'association Place au Vélo sur la rue de Strasbourg à Nantes
Un pictogramme de l'association Place au Vélo sur la rue de Strasbourg à Nantes © Place au Vélo

Le double coup de pouce va vraiment changer les choses ?

Les premiers chiffres montrent que la demande est bien là. Mais Annie-Claude Thiolat de Place au Vélo note que "le coup de pouce réparation ne sera pas suffisant tout seul". Elle porte toujours la même parole, celle d’une nécessité d’un "système vélo" global pour favoriser la pratique de la bicyclette.

Elle rappelle d’ailleurs qu’un coup de pouce "Remise en selle" fait aussi partie du nouveau dispositif. Il s’agit d’aider à payer une séance dans une vélo-école référencée sur le site. Et pour garer son vélo ? Là-encore, une question sensible qui ne sera pas résolue demain mais qui pourra bénéficier d’un coup de pouce de l’État avec une prise en charge de 60 % des coûts d’installation de stationnements temporaires par les collectivités.

Quels sont les délais d’attente ?

C’est là que la belle machine se grippe un peu. Quand il faut prendre un rendez-vous, la petite musique n’est plus la même. "Tout le mois de juin est complet et on n’a pas encore ouvert les plannings pour juillet". A l’accueil de ce magasin Décathlon de la périphérie nantaise, c’est clair, il faudra patienter au moins jusqu’au début de l’été.

Chez "Poupoupidou", magasin spécialisé du centre-ville de Nantes, on n’a même plus le temps de décrocher le téléphone. Quand le répondeur se déclenche, on entend : "Notre ligne est saturée par la centaine d’appels que nous recevons chaque jour pour des demandes (…) Pour les réparations coup de pouce, nous n’avons plus de place disponible avant un mois".

Toujours dans le centre-ville, Thierry Garel, gérant des 2 magasins BoVélo, décroche mais annonce rapidement la couleur. "Les ateliers ont été pris d’assaut. Il y a deux mois d’attente". Précision importante, ses ateliers ne font pas que de la réparation.

Il y a aussi les vélos neufs à monter sans oublier le retard qu’il faut rattraper après deux mois de fermeture. Et Thierry Garel confirme que sa situation est partagée par beaucoup de magasins autour de lui.



Encore une piste à explorer, toujours sur le site Coup de pouce vélo, celle des ateliers associatifs de réparation ou d'auto-réparation. Vous pourrez peut-être encore trouver porte close ces prochains jours en raison des mesures de confinement comme c'est le cas pour celui de Place au Vélo. Mais vous pourrez aussi trouver des lieux utiles si vous voulez prendre les choses en main et apprendre les rudiments de la réparation et de l'entretien de votre vélo.
 

Une météo favorable

Même s’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, la montée en puissance de la pratique du vélo semble sur une pente favorable.

Et heureux hasard du calendrier, ces différents coups de pouce arrivent dans une période idéale du côté de la météo. Rendez-vous à la rentrée et surtout à l’automne pour voir si les bonnes intentions se transformeront toutes en bonnes pratiques. Vous avez tout l’été pour vous entraîner.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
déconfinement société vélo économie transports
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter