Déraillement du tramway après une violente collision. "On a volé dans tous les sens, il y avait des bris de verre, du sang", témoigne un jeune passager nantais

Morgan Le Bras était dans la rame du tramway qui a déraillé dans la nuit de mardi à mercredi, boulevard de Doulon à Nantes. Il décrit un choc d'une extrême violence. L'accident a fait cinq blessés, dont un grave. La rame endommagée a été évacuée dans la matinée. La circulation est toujours perturbée.

Ce mercredi matin, Morgan Le Bras est revenu sur les lieux de l'accident, "pour voir si le tram était encore là et constater les dégâts. C'est mon quartier, j'habite ici."

Il était installé juste derrière le conducteur, dos à la cabine de pilotage. Il n'a pas vu le choc arriver, mais le bruit résonne encore quelques heures après la collision. 

C'est allé très vite, je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui passait.

Morgan Le Bras

Témoin de l'accident

Il est 0 h 30, il fait nuit noire, adossé sur la porte de la première rame du tramway est en train de scroller sur son smartphone.

"On a volé dans tous les sens"

On a volé dans tous les sens. Il a eu des bris de verre. De l'incompréhension totale

Morgane Le Bras

Témoin de l'accident

C'est seulement après 10 à 15 secondes de flou, de secousses violentes qui font dérailler le tramway, que les voyageurs réalisent.

À cet instant-là, j'ai compris qu'on avait percuté une voiture

Morgane Le Bras

"Mon téléphone a volé, mes écouteurs aussi, moi aussi, j'ai été projeté. Je n'ai pas eu le temps de m'accrocher, j'ai essayé, mais je n'ai pas réussi. Je suis resté debout, mais vu la force du choc, je ne sais pas trop comment", précise le jeune nantais de 22 ans.

Selon ce témoin et les agents de la Semitan présents sur place, "le conducteur du véhicule qui est entré en collision avec le tramway était alcoolisé." 

"Il y avait des blessés, ils ont été transférés au CHU de Nantes en ambulance. J'ai entendu les secours parler d'entorses notamment, il y avait du sang, certains passagers choqués ont vomi

Morgan Le Bras

Témoin de l'accident

Cinq blessés dont un grave ont été pris en charge par les sapeurs-pompiers.

Morgan Le Bras, lui, se souviendra longtemps de ce trajet. "J'ai eu du mal à m'endormir. Ça fait réfléchir sur ces choses sur lesquelles on n'a pas forcément de prise.

Joël Clenet lui, est un riverain."Il a déjà eu des accidents ici. Pourtant "les feux rouges sont très visibles, ils clignotent. Les tramways roulent lentement, on ne peut pas les rater".

À LIRE AUSSI. Déraillement du tramway après une collision. La circulation coupée sur la ligne 1, le tram-train interrompu entre Nantes et Châteaubriant

La rame endommagée a été évacuée à l'aide d'une grue dans la matinée, mais les perturbations persistent encore sur l'axe du tram train Nantes/Châteaubriant.

Trafic perturbé

"Notre conducteur n’a pas pu éviter la collision avec le véhicule qui n’a pas respecté les feux de signalisation et qui a entraîné le déraillement de la rame", précise la Semitan dans un communiqué

"Les dégâts sur les infrastructures du réseau Naolib étant, par contre, relativement peu importants, l'exploitation de la ligne 1 de tramway a pu reprendre ce midi. En revanche, les dégâts sur la voie de tram-train Nantes - Châteaubriant sont plus importants : la réparation est gérée par la SNCF. Les équipes commerciales et d’assistance/prévention de la Semitan se sont également mobilisées pour informer via les réseaux sociaux et accompagner les voyageurs sur le terrain et les guider vers les solutions de substitution et le service de bus relais mis en place, "ajoute la Semitan.

Avec Maïna Sicard-Cras et Jean-Marc Lalier

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité