Faux policier, vrai tournage amateur mais sans autorisation à Nantes = vraie garde à vue !

Ce sont de vrais gendarmes qui ont mis fin à ce tournage d'un clip à Nantes. Ils ont croisé par hasard l'équipe près de la gare de Chantenay et l'ont emmenée chez leurs vrais collègues policiers.

Les accessoires de tournage ont été détruits.
Les accessoires de tournage ont été détruits. © Maxppp
Ça s'est passé ce dimanche 12 juillet en fin d'après-midi rue des usines, derrière la gare de Chantenay, à l'ouest du centre-ville de Nantes. Deux gendarmes sont tombés par hasard sur ce qu'on appelle un "tournage sauvage", comprenez sans autorisation. 

Or, là, il aurait mieux valu en avoir une. Le clip en cours de réalisation mettait en scène un policier (faux) et un cyclomotoriste. Et la petite équipe disposait d'accessoires réalistes, une voiture équipée d'un gyrophare bleu, un brassard de police et un pistolet type airsoft (fonctionnant avec du gaz).

Le réalisateur et le comédien n'ayant pas d'autorisation préfectorale pour ce tournage sur la voie publique, les deux vrais gendarmes les ont emmenés dans un vrai commissariat où lors d'une vraie garde à vue, les deux  personnes de 29 et 30 ans ont reconnu les faits évoquant "le tournage d'un clip mettant en scène la poursuite d'une moto par un véhicule de police".

L'utilisation d'un gyrophare bleu et d'un brassard de police étant interdite à toute personne ne faisant pas partie des forces de l'ordre ou d'un service d'urgence type pompiers ou SAMU, les deux compères ont été convoqués pour un rappel à la loi (lecture des articles concernés et des peines applicables en cas de récidive) en septembre prochain.

Les accessoires du tournage gyrophare, brassards de police, arme airsoft et paire de menottes ont été détruits.

Au moins, ils auront de la matière s'ils décident de tourner une scène de garde à vue...




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police insolite
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter