FC Nantes - PSG : Gérald Darmanin interdit le déplacement des supporters parisiens à La Beaujoire

Selon un arrêté publié vendredi au Journal officiel, les supporters du Paris Saint-Germain sont interdits de match contre Nantes ce samedi 16 février. Une interdiction justifiée par "un risque réel et sérieux d'affrontement entre les supporters des deux clubs"

Samedi, "de 00h00 à minuit, le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Paris Saint-Germain ou se comportant comme tel, est interdit entre les communes de la région d'Île-de-France, d'une part, et la commune de Nantes (Loire-Atlantique), d'autre part", selon l'arrêté publié ce vendredi 16 février au Journal Officiel.

Le ministère de l'Intérieur justifie cet arrêté par le fait que les matches du Paris SG à l'extérieur "sont fréquemment sources de troubles à l'ordre public résultant du comportement violent" de certains ultras. Ce comportement est aussi "fréquemment" adopté par des supporters du FC Nantes "aux abords et dans l'enceinte du stade de la Beaujoire".

La place Beauvau relève plus particulièrement les "relations empreintes d'animosité" entre les deux camps, "antagonisme" ayant conduit à "plusieurs affrontements nécessitant l'intervention des forces de l'ordre" lors de précédentes rencontres.

Le Conseil d'État doit examiner en fin de matinée ce vendredi un recours déposé par l'Association nationale des supporters, demandant la suspension de cet arrêté.

En décembre, l'Intérieur avait interdit le déplacement de supporters pour cinq matches de la 15ᵉ journée de Ligue 1, parmi lesquels un PSG-Nantes, dans un contexte "d'exacerbation" de violences "de plus en plus graves".

Le 2 décembre dernier, Maxime Leroy, 31 ans, est mort de deux coups de couteaux donnés par un chauffeur de VTC qui transportait des supporters niçois. Un drame survenu au cours d'une rixe entre supporters venus assister au match de leur équipe au stade de La Beaujoire.

Lors d'un match entre le FC Nantes et l'OM, joué le 1ᵉʳ septembre 2023, une famille venue de Donges près de Saint-Nazaire et dont le petit garçon de six ans portait un maillot de l'OM, avait été violemment prise à partie par des supporters des Canaris.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv