Fusillade mortelle à Nantes rue Joffre: une nouvelle vague de mises en examen

un jeune homme d'une vingtaine d'années a été tué par balle rue Joffre à Nantes dans la nuit du 22 au 23 avril / © France 3 Thierry Poirier
un jeune homme d'une vingtaine d'années a été tué par balle rue Joffre à Nantes dans la nuit du 22 au 23 avril / © France 3 Thierry Poirier

Sept nouvelles mises en examen ont été prononcées par le magistrat instructeur dans le cadre de l'enquête sur la mort par balles d'un jeune homme dans un bar à chicha du centre ville de Nantes, a-t-on appris vendredi 6 décembre auprès du parquet de Rennes.

Par Vincent Calcagni

Sept personnes, dont un mineur au moment des faits ont été mis en examen des chefs de "tentative de meurtre commis en bande organisée, association de malfaiteurs et détention d'arme de guerre" en fin de semaine par le magistrat instructeur de Rennes.

L'enquête progresse après une nouvelle vague d'interpellations

Les trois mis en examen jeudi 5 décembre résident habituellement à Nantes, l'un d'entre eux était mineur au moment des faits. 
Les quatre individus supplémentaires mis en examen vendredi 6 décembre sont eux âgés d'une trentaine d'années.

Ils ont tous été placés en détention provisoire.

Ces nouvelles mises en examen font suite à une vague d'interpellations qui se sont déroulées en début de semaine. Lundi 2 décembre une quinzaine de personnes ont été appréhendées dans l'agglomération nantaise.

Une marche contre la guerre des quartiers

La fusillade mortelle à l'origine de cette enquête s'est déroulée rue Joffre, une rue animée du centre ville à deux pas de la cathédrale de Nantes dans la nuit du lundi 22 avril au mardi 23 avril dernier. Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été tué par balles devant le bar à chicha le Moonlight. Sur place la police avait retrouvé une dizaine de douilles de gros calibre.

Plusieurs règlements de comptes dans différents quartiers de Nantes s'étaient déroulés dans les jours précédents, faisant également six blessés.

Quelques jours plus tard, le 28 avril, un défilé contre "la guerre des quartiers" avait rassemblé 500 personnes dans sept quartiers de Nantes concernés par ces fusillades à répétition.

 

Sur le même sujet

Les + Lus