Hydrogène vert : Lhyfe a produit ses premiers kilos d'hydrogène à Bouin en Vendée

Si l'hydrogène est l'énergie du futur, le futur a déjà commencé à Bouin en Vendée. Dans les marais, au pied des éoliennes, Lhyfe produit de l'hydrogène qui fera tourner les moteurs, des camions, des trains, et même des avions. Sans émission de gaz à effet de serre ou de pollution.
La production d'hydrogène vert dans l'usine Lhyfe de Bouin en Vendée, directement connectée au parc éolien, a commencé en septembre 2021.
La production d'hydrogène vert dans l'usine Lhyfe de Bouin en Vendée, directement connectée au parc éolien, a commencé en septembre 2021. © Lhyfe

Lhyfe, start-up nantaise, produit de l'hydrogène vert dans les marais de Bouin en Vendée, à la limite de la Loire-Atlantique. Située juste au pied des éoliennes installées depuis de nombreuses années à cet endroit, l'entreprise a commencé la production de ce carburant vertueux.

Sur une parcelle de 4 000 m², un atelier de 700 m² abrite les installations de production, auquel est adjoint un autre bâtiment de 200 m² pour les bureaux. Pour produire de l'hydrogène, il faut de l'eau et de l'électricité. Et pour que l'hydrogène soit considéré comme "vert" par opposition à l'hydrogène "gris" produit avec de l'énergie fossile, il faut de l'électricité renouvelable. À Bouin, on dispose facilement des deux !

Une première mondiale

Depuis début septembre, Lhyfe produit quelques centaines de kilos d'hydrogène, 627 kg précisément, et veut désormais passer à une production industrielle d'ici le mois d'octobre. "Cette première production d'hydrogène renouvelable directement connectée à un site éolien constitue une première mondiale" si l'on en croit les promoteurs du projet. Dans quelques semaines, l'objectif est de passer à une tonne par jour.

Lhyfe emploie une soixantaine de personnes, dont 45 à Nantes. L'entreprise a réuni 20 millions d'euros pour son développement entre 2019 et 2020. Notamment du Syndicat de l’Énergie de Vendée et du conseil régional des Pays de la Loire. Le chantier de sa première unité de production avait commencé il y a un an. 

L'hydrogène est obtenu à partir de l'électrolyse de l'eau. On sépare les atomes, et on obtient un combustible explosif. C'est celui qui compose principalement notre soleil. Quand on recombine hydrogène et oxygène, on obtient une explosion qui ne dégage aucun polluant, ou gaz à effet de serre. Juste de l'eau. Mais qui fait tourner les moteurs.

Qui utilise l'hydrogène ?

Les véhicules autonomes à moteur thermique. Camions, collectant les déchets ménagers, de livraison, autobus, trains, taxis et bientôt avions. Tous véhicules qui rentrent au garage chaque soir pour le rechargement. Pour l'instant. Car il n'existe pas de stations services distribuant de l'hydrogène au bord des routes actuellement.

Dans les Pays de la Loire, la métropole du Mans fait l'achat de camions de collecte de déchets ménagers et expérimente des autobus à hydrogène. Le conseil régional n'a pas pour l'instant manifesté son intention d'acheter les trains TER hydrogène déjà produits par Alstom en Allemagne pour les chemins allemands.

Les régions de Centre Val de Loire, Nouvelle Aquitaine et Occitanie l'ont fait. La SNCF annonce qu'une quinzaine des trains rouleront avec l'hydrogène sur la liaison Caen - Le Mans - Tours d'ici cinq ans.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
énergies renouvelables énergie environnement économie